Il faut dans la vie de la persévérance mais pas de l’obstination La première est une qualité alors que la seconde est un défaut.

La persévérance permet, grâce à sa patience, à sa volonté, à sa ténacité d’atteindre le but que l’on s’est fixé. Mais elle tient compte des événements qui surviennent sur sa route, et invite s’il le faut, à corriger le cap, voire à abandonner.

L’obstination, au contraire, pousse à foncer tête baissée vers l’objectif de départ, sans tenir compte des données nouvelles qui incitent, par sagesse, au changement ou au renoncement. C’est de l’entêtement pur et simple avec tout ce que cela a de mauvais.

Vingt ans après les faits, qu’apporte le procès de Jacques Chirac à la France ? Curieuse leçon de démocratie. Faut-il s’acharner, s’obstiner à poursuivre, pour des faits qui devraient être couverts par la prescription, un ancien Président qui n’est plus capable de comparaître devant la justice ?

Est-ce vraiment la justice que l’on cherche, ou la volonté d’avoir, à n’importe quel prix, la peau d’un homme ?

J’avoue ne pas comprendre… Et j’aimerais savoir combien cette procédure qui s’éternise, qui mobilise tant de monde, coûte à la France, c’est-à-dire à tous les contribuables que nous sommes ?… Cela, les médias ne nous le disent pas…

Alors que le peuple grec est exsangue, et que le taux de chômage dépasse les 15% de la population active, l’Europe et le Monde lui demandent encore plus d’efforts, plus de sacrifices. Jusqu’où ira-t-on ?…

Quelle injustice faite à ce pays à qui le monde doit tant !… Les Grecs ont inventé la civilisation, l’art de vivre ensemble, la démocratie qui permet à chacun de participer à la vie publique, l’égalité des citoyens devant les lois, etc.

Les Grecs ont inventé la littérature – l’Iliade et l’Odyssée sont avec la Bible, les poèmes les plus lus dans le monde. Ils ont inventé le théâtre, la tragédie, la comédie, la rhétorique – rhétorique dont nos hommes politique contemporains ont tiré la perfection de leur « langue de bois » ! – Ils ont inventé l’Histoire, la philosophie, les sciences, la médecine – les jeunes médecins prêtent aujourd’hui encore le serment d’Hippocrate !

Ils ont inventé les arts et leurs artistes nous ont légué des œuvres qui défient le temps et dont feraient bien de s’inspirer nos pseudo-artistes d’aujourd’hui.

Près du Parthénon, plane l’ombre de Périclès. Pour mettre un terme au chômage, il lança une politique de grands travaux grâce à laquelle chaque Athénien eut de quoi manger et dont il nous reste les chefs-d’œuvre que nous admirons aujourd’hui encore.

Qu’attendons-nous, nous aussi, pour lancer des grands travaux qui remettrons les gens au travail et leur donnerons de quoi vivre ?!…

Hélas la Grèce aujourd’hui – et combien d’autres pays en Europe et dans le monde, dont la France ! – sont victimes de boursiers sans âme, jouant leur fortune sur l’effondrement économique de tel ou tel pays, et pratiquant la politique du chacun pour soi !…

Il est temps de remettre les pendules à l’heure. Stéphane Hessel a crié « Indignez-vous ! ». Moi je crie « Réveillons-nous et remettons les compteurs à zéro ! »

Il y a du travail pour tous dans le monde. Investissons dans les adductions d’eau et dans le traitement des eaux usées, dans la construction de logements, d’écoles, de dispensaires, d’hôpitaux, dans les routes, les voies ferrées, etc. Tout cela est parfaitement possible et assurerait un travail à chacun, et de quoi se nourrir et se loger.

Oui, tout cela est parfaitement possible. Hélas ! les hommes qui détiennent le pouvoir sont bien souvent ceux qui ont les plus grandes fortunes et ne sont guère partageurs…

Pour en revenir à la Grèce, si nous la laissons mourir si injustement et si tragiquement, c’est peut-être la mort qui nous attend demain à notre tour !…

« Il n’est pas normal qu’on ne rassure pas les Français sur toutes ces populations qui viennent de la Méditerranée. Après tout, remettons-les dans les bateaux… Marine Le Pen n’a aucune solution. C’est vrai que nous on a des solutions. Mais il faut avoir le courage de les faire »

Ces propos de l’ancienne porte-parole de l’UMP, Chantal Brunel, scandalisent tous les bien pensants. Et pourtant…

Certes, il y a chez cette députée, le désir de rependre des voix au Front national et donc une manœuvre démagogique. Mais…

Mais, si je souhaite que la France soit et reste une terre d’accueil et d’hospitalité pour le plus grand nombre, il faut aussi garder les pieds sur terre. Sommes-nous prêts, quand plus de trois millions de personnes n’ont pas de logement ou ont un logement insalubre, quand la France compte plus de 4 millions de chômeurs, quand on ne cesse de nous parler du trou béant de notre Sécurité sociale, etc., sommes-nous prêts à accueillir des milliers d’étrangers supplémentaires ?…

A ma connaissance, les Tunisiens qui viennent frapper à notre porte, ne risquent plus leur vie et nous pouvons difficilement accepter qu’ils accentuent davantage nos difficultés.

Je suis loin de me désintéresser de leur sort. Mais c’est dans leur pays que la France, que l’Europe, que les pays les plus riches doivent les aider. En leur fournissant des aides alimentaires pour assurer leur vie et des aides financières pour les aider à rebâtir leur économie et leur tissu social.

Combien, parmi tous ces bien pensants souvent hypocrites qui se scandalisent des propos de Françoise Brunel, seraient prêts à partager leur logement et leurs économies avec tous ces réfugiés ? Tant qu’il s’agit des ressources communes de la nation, les hommes et les femmes de cœur ne se comptent pas. Mais, dès qu’il s’agit d’ouvrir son propre portefeuille, alors ils sont plus rares…

Il est bien évident que les propos que je tiens sur les Tunisiens demandeurs d’asile, ne concernent que les réfugiés économiques. La France doit et devra toujours accueillir sans réserve tous ceux dont la vie est menacée dans leur pays. Tel ne semble pas être le cas avec les actuels réfugiés tunisiens.

J’ajoute que je vois avec la plus grande peine, la communauté internationale tergiverser sans fin pour une intervention en Libye. Pendant ce temps, les Libyens qui rêvent de liberté et de démocratie, se font massacrer par les troupes d’un dictateur que l’Occident a encensé !… Plutôt que de s’indigner sur le renvoi des Tunisiens dans leur pays, ne ferait-on pas mieux d’aider les insurgés libyens avant qu’il ne soit trop tard ?…

Je n’ai rien écrit sur la crise qui secoue le monde arabe. Mes lecteurs s’en étonneront peut-être. La raison de mon silence est simple : je ne sais rien de plus de ce que nous disent les médias, et je ne sais pas quoi en penser.

Je dirai simplement, que j’ai été scandalisé par la proposition de Mme Alliot-Marie d’envoyer des renforts de police en Tunisie, et par sa pirouette, quelques jours plus tard, devant le Parlement. Vraiment, les politiques ont l’art de la dénégation, et quelle effronterie chez notre Ministre des Affaires étrangère que de soutenir, après que le vent eut tourné, que ses propos avaient été déformés et mal compris !

L’Algérie avec son pétrole, la Tunisie avec son tourisme et l’Egypte avec le canal de Suez, ses ressources en gaz et en pétrole, et son tourisme, sont des pays riches. Malheureusement, leurs richesses ne sont pas redistribuées à la population et restent dans les mains de quelques-uns.

Le pouvoir algérien a étouffé le vent de contestation en diminuant ou supprimant, du jour au lendemain, toutes les taxes qui pesaient sur les produits de première nécessité. La fronde est-elle éteinte pour autant ?…

En Tunisie, Ben Ali a pris la fuite. Un gouvernement de transition s’est mis en place. Des élections doivent avoir lieu dans quelques mois. J’espère de tout mon cœur qu’une juste démocratie verra le jour. Mais, je m’indigne en voyant, au moment où ce pays a le plus besoin de l’aide internationale, les taux d’intérêt des prêts augmenter et risquer de tuer l’économie. On a eu le même problème, voici quelques mois, avec la Grèce que la communauté internationale, peu généreuse, asphyxie avec des taux exorbitants !…

C’est l’Egypte, pour l’instant, qui m’inquiète le plus. C’est un régime totalitaire et le peuple aspire à la liberté. Mais c’est aussi un pilier de stabilité dans le monde arabe… Et que se passera-t-il si on le renverse brusquement. J’ai peur que les démocrates ne soient balayés par les frères musulmans, et que ces derniers instaurent la charia et fassent de l’Egypte un nouvel Iran…

La grande faiblesse des démocraties, c’est qu’un parti bien structuré, faisant preuve d’une grande démagogie, peut prendre légalement le pouvoir, et mettre en place une dictature…

En 1989, nous avons assisté à l’effondrement du rideau de fer. Il a laissé place à des démocraties – même si le terme de démocratie me semble impropre pour parler de la Russie…

Nous assistons peut-être aujourd’hui à l’effondrement du monde arabe. A quoi va-t-il donné naissance ?…

Lecteurs, n’hésitez pas à laisser vos commentaires. Car, sur ces questions, encore plus que sur d’autres, je suis très perplexe. Tout mon être souhaite la justice et la paix, et elles ne m’ont jamais semblé aussi fragiles….