Lettre ouverte à M. le Président de la République

Monsieur le Président de la République,

J’ai appris avec stupeur que le quotidien le Monde avait publié dans ses colonnes une lettre que vous avait adressée personnellement M. Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, quelques heures à peine après son envoi.

Il est inadmissible que de telles fuites puissent avoir lieu en si haut lieu. Aussi un chef de l’Etat qui se respecte doit impérativement prendre des mesures pour que l’auteur – ou les auteurs – soient démasqués et sévèrement condamnés.

Le respect du secret professionnel est un devoir qui est hélas, de nos jours, de plus en plus galvaudé dans toutes les professions et ceux qui le trahissent – quels que soient leurs mobiles, le plus souvent mercantiles – doivent être recherchés et châtiés.

Vous, qui vous êtes fait le chantre d’une République exemplaire et irréprochable, vous avez le devoir de mettre un terme à ces dérives inacceptables.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, mes respectueuses salutations.

Scoop : mots échangés entre Tristane Banon et DSK, lors de leur confrontation…

Je suis toujours scandalisé par les fuites dont la presse se fait régulièrement écho. C’est une honte, pour moi, que des personnes soumises au secret professionnel, ne tiennent pas leur langue, surtout quand les motifs qui les inspirent sont vénaux.

Mais voilà, que je détiens un scoop sur la confrontation entre Tristane Banon et DSK. Je ne citerai bien évidemment pas ma source, mais ne peux m’empêcher de le communiquer à mes lecteurs, quitte à être en désaccord avec mes principes.

Dès le début de la confrontation, Tristane Banon, très en colère, traite DSK de « Violeur ! » – « Fabulatrice ! », rétorque celui-ci du tac au tac. Puis le dialogue continue : « Harceleur ! » – « Allumeuse ! » // « Pervers ! » – « Mythomane ! » // « Cochon ! » – « Salope ! » // « Misogyne ! » – « Nympomane ! » // Et enfin : « Menteur ! » – « Menteuse ! »

Tels sont les mots qui on été échangés lors de cette rencontre et qui ont filtré…

J’ai dit que je ne citerai pas ma source, mais un scrupule d’honnêteté s’empare de moi, et je dois dire, que je me suis inspiré, pour beaucoup, d’une caricature de Bauer parue dans le Progrès de Lyon de ce jour…