Alep…

Alors que la France est sous le choc du carnage de Nice et de l’abominable crime de Saint-Etienne-du-Rouvray, à quelque 3 000 kilomètres de Paris, 250 000 habitants d’Alep connaissent l’enfer.

Ils vivent et meurent sous les bombardements quotidiens des forces de Bachar Al-Assad et de l’aviation russe, et sont immobilisés par les rebelles qui luttent contre ces dernières.

J’avoue avoir le plus grand mal à distinguer les « bons » et les « méchants » dans ce conflit qui dure depuis quatre ans.

Je pense à ces milliers de victimes innocentes – hommes, femmes, enfants – prises dans un piège dont elles ne peuvent s’échapper, au milieu des ruines qui s’accumulent, souffrant de la faim, de la soif, dont les hôpitaux sont bombardés et dans lesquels il y a pénurie de médecins – des dizaines de médecins ont trouvé la mort dans les bombardements !

Je pense à ces malheureux enfants dans des couveuses que le JT nous montrait hier soir. Quel avenir pour eux !…

Jamais ! Non, jamais ! je n’accepterai de telles horreurs ! Jamais ! Non, jamais ! je ne comprendrai que des hommes exterminent ainsi d’autres hommes !

N’en déplaise à sa sainteté le Pape François, je pense que la plupart des guerres qui déchirent notre monde, sont des guerres de religion, comme celles qui ont déchiré catholiques et protestants au XVI°.

Et j’avoue ne pas comprendre cette expression paradoxale de « guerre sainte » à laquelle font appel certains musulmans. Le Dieu – auquel j’ai de plus en plus de mal à croire – s’il est bon, ne peut accepter qu’une guerre, avec toutes ses horreurs, soit « sainte » !…

Le drame, dans tout cela, c’est l’intolérance. C’est la volonté d’éliminer celui qui ne pense pas comme nous, qui ne croit pas les mêmes choses que nous. S’entretuer pour de simples croyances ! Quelle stupidité !…

J’ai envie de pleurer en voyant notre impuissance à mettre un terme à un tel fléau. Que faire ? Oui, que faire ?

L’ONU se montre tout aussi impuissante que la Société des Nations d’avant-guerre.

Je félicite, en tout cas, ces correspondants de guerre qui, au péril de leur vie, nous informent de la situation dans cette ville. Autant j’ai peu d’admiration pour certains présentateurs de journaux télévisés, qui commentent sans risques l’actualité et donnent à tous des leçons de morale, autant j’admire ces reporters de guerre qui témoignent de l’horreur et la dénoncent.

Des centaines de milliers – de millions – de personnes prient pour la Paix, à travers le monde. Mais y a-t-il un Dieu qui les écoute ? Un Dieu qui les entende ?…

A propos du pape François

Il y a à peine quarante-huit heures que le pape François a été élu, et déjà la presse lui reproche son silence face aux violations des droits de l’homme pendant la dictature en Argentine entre 1976 et 1983.

Je m’insurge contre ces viles polémiques. J’aimerais savoir ce que ces journalistes, toujours prêts à salir et à diviser, ont fait – ou auraient fait – pendant cette période.

Il n’est pas facile de se dresser contre une dictature, et beaucoup cependant, dans l’ombre, font tout ce qu’ils peuvent pour en atténuer les dommages. Tout me porte à croire que le père Jorge Mario Bergoglio – qui n’était pas encore cardinal – fut de ceux-là.

En tout cas, je retiens la simplicité et la proximité de cet homme avec les plus pauvres. Il logeait seul dans un appartement. Il se déplaçait en bus et métro. Elu pape, il a refusé la croix en or qu’on voulait lui mettre autour du cou et a gardé celle en métal qu’il portait habituellement. Ce sont là des signes qui ne trompent pas et qui marquent la sainteté de cet homme.

D’autre part, lors de son homélie à l’occasion de sa première messe, jeudi, comme pontife, le pape François a déclaré que l’Eglise « n’est qu’une ONG pietosa» si elle ne professe pas Jésus et n’accepte pas de porter sa croix.

Cette pensée me rappelle cette phrase de Malraux ( ?) : « Sans le christianisme, la politique sociale relèverait de la Société Protectrice des Animaux ».

En s’engageant auprès des plus pauvres, en portant leur croix, les chrétiens ne font que suivre l’enseignement de leur maître Jésus-Christ. Ils n’ont aucun mérite. Ils cherchent uniquement à être fidèles à son exemple. Leur engagement a une dimension non seulement matérielle, mais aussi spirituelle qui transcende leur action.

Cela n’enlève rien à la valeur et à la nécessité des ONG, mais donne aux disciples de Jésus-Christ une force, un élan à nuls autres comparables.

 

Démission de Benoît XVI

 

Chrétien de cœur, mais en marge d’une Eglise dont je ne partage pas les dogmes, il ne m’appartient pas de juger la décision de Benoît XVI.

Cependant, je tiens à dire que je la trouve pleine de sagesse. Je ne sais pas comment sera jugé son pontificat, mais cette décision restera dans l’histoire. Elle brise un tabou : l’obligation pour un pape de rester sur le trône de Saint-Pierre jusqu’à son dernier souffle.

L’exemple de Jean-Paul II que l’on a vu tant souffrir n’est pas à suivre. D’une part la souffrance diminue les facultés intellectuelles, et surtout elle a quelque chose d’indécent.

Nous nous souvenons tous des images de ce pape, brisé par la maladie de Parkinson et pour lequel nous éprouvions tant de peine et dont, en même temps, nous condamnions l’obstination à rester en place.

Il y a eu dans l’Eglise – il y a encore ? – un côté masochiste, une sorte de délectation pour la souffrance que je condamne.

Ma religion, celle des Evangiles, est avant tout celle de la JOIE ! La vie, bien sûr, est tissée aussi de peines. Mais je pense qu’il faut, le plus possible, essayer de les garder pour soi, d’éviter d’en faire étalage. C’est avant tout la JOIE qu’il faut partager.

Pour en revenir à Benoît XVI, il part en toute lucidité et sans avoir sombré dans le grand naufrage de la vieillesse. BRAVO !