Guerre en Ukraine : l’illusion du « devoir de mémoire »…

Né en1947, j’ai eu la chance de ne pas connaître les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, mais tous ceux qui l’on connue – comme les anciens de 14-18 – pensaient que ce serait la dernière guerre.

Pour nous prémunir de toute nouvelle guerre, nos contemporains ont inventé le « devoir de mémoire » et tous pensaient que l’Europe serait désormais épargnée de tout nouveau conflit. La guerre en Ukraine, à nos portes, nous montre, hélas, qu’il n’en est rien !

Oui, la guerre est à nouveau à nos portes – une guerre qui n’impacte pas que l’Europe, mais le monde entier – et qui peut nous laisser penser que la violence et la haine sont dans les gènes de l’homme et que rien ne peut les arrêter !

Mais leur origine profonde vient, peut-être, de la façon dont les enfants sont éduqués dans leur petite enfance – privés d’un amour qui les responsabilise – et de la facilité avec laquelle, à l’adolescence, ils deviennent les proies de dictateurs qui les rassemblent autour d’ennemis tout désignés, et les poussent à la guerre.

Ce fut le cas à la fin des années 1920, au cours desquelles Hitler enrôla les jeunes, les dota d’uniformes dont ils étaient fiers, les fit participer à des cérémonies exaltantes, et désigna les Juifs comme les responsables de la défaite de 1918. Puis ce fut le cas de toute la population allemande qui le suivit comme des moutons de Panurge.

Bien que la vie à l’intérieure de la Russie échappe en grande partie aux Occidentaux, il est permis de se demander si Poutine ne fait pas tout pour galvaniser la population contre l’Ukraine qu’il accuse, entre autres, de nazisme.

Et de même, il est permis de se demander si le président ukrainien Zelinski – que la plupart des Occidentaux soutiennent sans réserve mais dont on sait que régime est profondément corrompu – n’envoie pas ses hommes combattre de façon inconditionnelle, emportés par sa propagande guerrière…

Je sais que tout cela mérite d’être nuancé, mais le but de cette chronique est double :

– Montrer l’illusion du « devoir de mémoire » qui n’empêche pas le retour des guerres.

– Montrer que, bien souvent, les peuples qui n’ont pas acquis un minimum de maturité dans leur jeunesse – parce que privés d’amour pendant les premiers mois de leur vie et à leur adolescence – sont prêts à suivre, aveuglément, n’importe quel dictateur et à donner sa vie pour lui.

A propos de la guerre en Ukraine…

Mes fidèles lecteurs s’étonnent peut-être de mon silence sur la guerre russo-ukrainienne. En effet, je n’ai rien publié sur cette question depuis le 3 mars dernier. Pourquoi un si long silence ? La raison en est très simple : j’ai le plus grand mal à me forger une opinion et mes réflexions sur ce sujet sont contradictoires.

Je dirai tout d’abord que tout en moi est contre la guerre, contre toute guerre, et tous les drames et les horreurs dont elles s’accompagnent systématiquement.

Le cas de l’Ukraine en est hélas un exemple manifeste, avec toutes ces destructions systématiques, ces combats sans pitié, ces morts, ces blessés, ces civils condamnés à se terrer dans des caves sans eau, sans électricité, l’exode de près de sept millions de civils, la ruine complète de ce pays, etc., etc.

Rien ne peut justifier un tel déferlement de violences.

Mais il est permis de s’interroger sur l’attitude des Occidentaux et plus spécialement de des Américains. Comme je le soulignais dans ma chronique de 3 mars dernier, Joe Biden a été très maladroit – c’est le moins qu’on dire – en déclarant, la veille de l’invasion russe en Ukraine, que les USA n’interviendrait pas. Il a laissé ainsi les mains totalement libres à Poutine. La menace d’une riposte américaine, l’aurait peut-être dissuadé de passer à l’attaque…

J’ai parlé avec de nombreux amis de cette guerre, et il me semble que – même si on ne peut jamais refaire l’Histoire – il aurait fallu que les Occidentaux poussent à la neutralité de l’Ukraine, comme le sont la Suisse et l’Autriche.

Il est de notoriété publique que le régime du président Volodymyr Zelensky est corrompu. N’aurait-il pas été possible d’élire un nouveau président ukrainien intègre ?…

Je ne suis pas certain que cela eût été une solution utopique. En tout cas, je constate l’escalade apocalyptique de la guerre avec le concours de plus en plus important des puissances occidentales en matériels militaires – et en hommes ? –

Fallait-il laisser la toute-puissance russe écraser les Ukrainiens ? Je constate avec admiration le courage de ce peuple. Mais, en l’aidant militairement – comme ont décidé de le faire les Occidentaux – n’est-on pas responsable du prolongement de cette guerre – dont on ne voit de moins en moins l’issue – et de toutes les victimes et destructions qu’elle entraîne ?…

Je me demande parfois si les Occidentaux n’ont pas été – par peur – coupables d’une demi-mesure ? Soit, il ne fallait pas intervenir, soit il fallait intervenir avec force dès le début, en se moquant des menaces de guerre nucléaire de Poutine.

Certes, un tel choix paraissait risqué. Mais il y a tout lieu de penser que Poutine faisait du bluff, et n’aurait jamais pris les risques d’une guerre atomique mondiale, dans laquelle les deux camps avaient tout à perdre… Mais bien évidemment, on ne saurait reprocher aux Occidentaux de ne pas avoir pris un tel risque…

En tout cas l’aide massive qu’ils apportent aujourd’hui à l’Ukraine ne peut que prolonger la guerre, et accentue dramatiquement, pour nous Français, la pauvreté de notre armée…

Voilà, chers Amis lecteurs, quelques réflexions que m’inspire cette guerre si tragique. Je vous les livre à l’état brut, en ayant parfaitement conscience que je suis loin d’avoir fait le tour de la question

En tout cas je tiens à dire que je suis profondément attristé par toutes les souffrances de ce peuple, qui ne demandait qu’à vivre et mourir en paix, et je tiens à dire également ma profonde admiration pour toutes les familles françaises, qui accueillent des réfugiés ukrainiens chez elles…