Toi femme voilée…
Toi, femme voilée…

Tout de noir vêtue,
Et dont l’on ne voit que les yeux,
Comment peux-tu croire
Que Dieu, que ton Dieu,
T’ait donné la beauté pour la cacher ?…
La beauté d’une femme
Est un don de Dieu
Offert au monde
Et la montrer n’a rien de honteux.
Aucun Dieu n’exige des femmes
Qu’elles la masquent
Sous de grands voiles noirs.
Et si elles subissent les regards
D’hommes impudiques
Il leur appartient de se faire respecter.
Alors, je te le dis, rejette ces voiles funèbres !
Et si c’est par soumission,
Pour obéir à ton père, à ton frère, à ton mari,
Rebelle-toi.
Aucune religion au service de Dieu et des hommes
N’exige de telles mascarades.
N’oublie pas que dans certains pays,
des femmes risquent leur vie,
Sont lapidées parfois,
Pour ne pas porter le voile !
Et si tu ne veux pas t’en défaire,
Quitte la France, le pays de la Liberté
Va vivre sur ces terres d’islam,
Où les fillettes sont mariées de force
A treize ans,
Où la femme est l’esclave de l’homme,
Est condamnée à le servir
Et à procréer.
Oui, je le dis, quitte la France
Et cesse de provoquer ce pays,
Champion de la Liberté.
A la beauté corporelle
S’ajoute la beauté du cœur.
Les deux sont indissociables.
Et les hommes sont sensibles aux deux.
Ne les prive ni de l’une, ni de l’autre.

 

Noël.
Ce nom réveille en moi
De lointains souvenirs
De mon enfance.
Souvenirs d’un temps
Où tout était si simple !
D’un temps où une Vierge,
Choisie par Dieu,
Mettait au monde un nouveau-né,
Jésus, venu racheter l’humanité
Depuis qu’Adam et Eve
Avaient été chassés du Paradis.


Oh oui ! tout était simple
Et la nuit de Noël
Remplissait l’enfant que j’étais
De bonheur, de JOIE
D’Espérance.


Les années ont passé.
Les certitudes de naguère se sont envolées,
Laissant place à un doute profond.
Quant à Dieu et à l’enfant Jésus,
Le monde semble les avoir oubliés.


Pourtant, je suis comme le savant
Que beaucoup de science ramène à Dieu.
Dans la nuit qui va bientôt m’emporter,
Je ne me lasse pas
De contempler l’Etoile de Noël.
L’étoile de l’Espérance
Plus forte que la désespérance.
Je vois Marie et Joseph dans la crèche,
Près d’eux le bœuf et l’âne.
J’entends les bergers crier leur JOIE.


Oui ! vous qui êtes seuls,
Qui êtes malades,
Qui n’avez pas de toit,
Qui avez soif de justice,
Réjouissez-vous,
« Il est né le divin Enfant » !


Laissez-le inonder votre cœur
Et oubliez tous ceux qui vous disent
Qu’il n’a jamais existé !.

En apprenant la révocation du Préfet Auvergne-Rhône-Alpes et du secrétaire de la Préfecture, à la suite de l’assassinat des deux jeunes Laura et Mauranne, à Marseille, le 1er octobre, j’avoue avoir éprouvé, sur le moment, comme un sentiment de satisfaction : pour une fois, ce n’est pas le lampiste qui paie !

Mais à la réflexion, j’éprouve un sentiment de profonde injustice. Ces deux hommes servent de « boucs-émissaires » ou, pour employer le langage politique de « fusibles ». « Boucs-émissaires » ou « fusibles » très injustement, à mon avis, désignés à la vindicte du peuple.

Il semble qu’il y ait eu, dans cette dramatique affaire, toute une série de dysfonctionnements dus, non pas à la défaillance de tel ou tel, mais au laxisme général de l’Etat et de la Justice, depuis des années, dans le domaine de l’expulsion des étrangers en situation irrégulière, comme dans tous les domaines.

Depuis 2012, sur injonction de la Cour européenne des droits de l’homme, le délit de séjour irrégulier a été rayé de notre arsenal judiciaire !!!

Quand nos politiques auront-ils le courage de faire abolir cette loi suicidaire, et notre Justice le courage d’appliquer ne serait-ce que la rigueur et la sévérité de certaines lois déjà en place ?!… Est-il normal que lorsque la police arrête des délinquants, la Justice les remette systématiquement en liberté ?!…

Quant à l’expulsion des étrangers en situation irrégulière, sur 150 000 procédures d’éloignement examinées l’an dernier – hors Schengen – seules 4 000 auraient abouti (Le Figaro 4 octobre – Editorial d’Yves Thréard) !!!…

Pour revenir à la révocation d’Henri-Michel Comet et Xavier Inglebert, je retiendrai les larmes du premier, disant qu’il allait « brûler son uniforme ». Je n’ai pas vu le second, mais j’imagine qu’il partageait la même douleur.

Je l’ai dit, pour moi, cette révocation, décidée avec précipitation, est une profonde injustice.

     Si quelqu’un devait « sauter », ce n’étaient pas eux, mais le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb qui, pour moi, a fait preuve ici d’un manque de courage déplorable et d’un autoritarisme qui n’est pas à son honneur.

Le malheur dans cette histoire, c’est que deux jeunes-filles, au printemps de la vie, ont trouvé la mort stupidement le 1er octobre, et que l’Etat pourra révoquer qui il voudra, cela ne supprimera jamais la douleur de tous leurs proches…

 

Nul – s’il a une âme – ne peut rester insensible devant les drames qui déchirent notre pauvre monde. Drames dus aux déchaînements d’une nature en folie – comme les ouragans aux Antilles – et drames dus à la folie des hommes – comme tous ces attentats et crimes qui nous endeuillent.

Si naturellement, spontanément, nous avons de l’empathie pour toutes les victimes de ces drames, cette empathie redouble, triple, décuple dès que ces victimes appartiennent à notre pays, notre région, notre ville et encore plus notre village.

Il en est ainsi avec l’assassinat barbare de cette petite Laura, le dimanche 1er octobre, à Marseille. Quand j’ai su qu’elle habitait Rillieux, comme moi, ma peine a décuplé.

Ma sympathie est allée tout de suite à sa famille. J’ai participé, avec plusieurs centaines de personnes, au très bel et très digne hommage qui lui a été rendu, le mardi suivant, par le maire de Rillieux, devant la mairie. Et participé également à la veillée organisée par les scouts, le vendredi suivant, dans l’église Saint-Pierre Chanel, de Rillieux. Laura était cheftaine de louveteaux.

Le samedi, eurent lieu les obsèques, en l’église Saint-Denis, en présence du cardinal Barbarin. Sachant que la famille souhaitait que cette dernière cérémonie se déroule dans l’intimité, je n’y ai pas assisté, mais je sais que, là encore, il y avait beaucoup de monde.

Les journaux ont fait les plus grands éloges de Laura qui, avec ses beaux yeux bleus, rayonnait de générosité, était ouverte aux autres, toujours prête à rendre service, était adorée de ses louveteaux, etc.

Elle était riche des promesses du printemps. Un avenir splendide s’ouvrait devant elle. Et voilà que ce dimanche 1er octobre, tout a basculé. Par la folie d’un homme. Par la folie meurtrière d’une idéologie, qui ne sait que semer la désolation et la mort…

Aussi, à la compassion, à l’empathie pour toute sa famille, s’ajoute un sentiment de révolte contre les carences de la Justice, et de haine envers ces fous de Dieu qui, au nom d’une idéologie criminelle, sèment la mort et les larmes.

La révolte contre une Justice en France qui ne fait pas son travail est légitime et saine. Et je voudrais que ce crime odieux oblige cette Justice à mettre un terme au laxisme dont elle fait preuve depuis des années. Cette Justice qui laisse impunis les crimes, et n’offre que bien peu de mesures préventives pour les éviter.

Mais la haine ? La haine est une terre stérile qui n’engendre que la peine et les larmes. Le message laissé par Laura est un message d’Amour et elle ne veut pas que nous cédions à la haine.

Elle n’est pas morte. Elle vit dans le cœur de ses parents, dans le cœur de son frère, dans le cœur de ce jeune dont elle était amoureuse et avec qui elle venait de se mettre en ménage, dans le cœur de tous ses louveteaux, dans le cœur de tous ceux qu’elle aimait et dont elle a croisé la route.

La Justice, que tous exigent impérativement et qui seule peut mettre un terme à tous ces crimes, a besoin de la force, de la fermeté et de la sévérité. Mais elle ne peut pas se passer, non plus, d’une pincée d’Amour.

C’est le message que nous laisse Laura. Ne l’oublions pas.

 PS : pour des raisons de proximité géographique et du fait que je n’ai eu des informations que sur Laura, je ne parle pas ici de sa cousine Mauranne, assassinée en même temps qu’elle à Marseille. Mais il est bien évident que j’éprouve la même compassion pour la famille de cette dernière, comme pour les familles de toutes ces victimes d’un terrorisme aveugle et monstrueux.

 

Particulièrement attaché à cette « fraternité » figurant dans notre devise républicaine, je suis également très attaché à la Justice.

Je pense que chacun, sur cette terre, a droit à sa place au soleil – ou à l’ombre, serais-je tenté de dire en cette période de canicule !…

Le monde est profondément injuste, et je m’attriste en voyant les guerres qui déchirent certains pays, et la misère dans laquelle beaucoup sont plongés.

Mais je refuse de céder à cette compassion facile, lancée par certaines ONG et relayée par certains journalistes et médias, envers ces milliers de « sans-papiers » et de « migrants », pour lesquels on abuse injustement – et dangereusement – de notre sensibilité !

Il serait bon, tout d’abord, à propos de tous ces migrants, de s’interroger sur la façon dont ils ont payé leurs passeurs. Ces derniers leur demandent des sommes exorbitantes, aussi tout laisse à penser qu’ils sont en fait des terroristes en herbe, financés par des réseaux islamistes, et dont le but est de semer la guerre en France et en Europe.

Certains penseront que je noircis le tableau. Alors pourquoi y a-t-il si peu de femmes et d’enfants dans ces arrivages ? Et pourquoi tous ces hommes, dans la force de l’âge, ne restent-il pas dans leurs pays, et ne s’efforcent-ils pas de renverser les dictateurs qui les oppriment ?…

Autre question : alors que les chrétiens et les juifs sont les premiers persécutés dans les pays musulmans, pourquoi y en-a-t-il si peu parmi les migrants ? Et pourquoi ces musulmans qui arrivent en masse ne vont-ils pas chercher refuge dans les pays de leur confession ?…

Admettons que ces migrants n’aient pas d’intentions belliqueuses – ce qui reste à démontrer… – est-il juste de leur accorder, sans la moindre contrepartie, toutes les aides de l’Etat dont ils bénéficient ?

Alors qu’un grand nombre de nos compatriotes – après avoir travaillé toute une vie – ont des retraites de misère et n’ont droit à aucune aide de l’Etat, il faut avoir le courage de dénoncer les soins gratuits (AME), la CMU, les allocations pour handicapés, les aides au logement, et tutti quanti, auxquels ont droit la plupart des « migrants » et « sans-papiers », sans avoir travaillé, et qui ruinent notre pays.

Alors, mesdames et messieurs les journalistes, cessez de nous faire pleurer et de nous culpabiliser sur cette masse d’arrivants, qui viennent ou pour porter la guerre sur notre sol, ou pour vivre à nos dépens !

Et vous, les élus, ayez le courage de dénoncer ces scandales, et de mettre en place des politiques de retours au pays massifs pour tous ceux qui viennent illégalement sur notre sol.