Lettre ouverte à M. le Président de la République, et au ministre de l’Intérieur

Monsieur le Président de la République, Monsieur le ministre de l’Intérieur,

Beaucoup de citoyens français s’interrogent –légitimement- pour savoir si vous défendez encore les intérêts de la France ou si vous êtes désormais à la solde des musulmans.

Alors qu’un mouvement se dessine de plus en plus durement, pour « coloniser » la France, de la part de musulmans anti-blancs, vous n’avez trouvé rien de mieux, Monsieur Darmanin, que de vous rendre à Rennes, pour soutenir les responsables d’un lieu de culte musulman, qui avait été tagué, dans la nuit du 11 au 12 avril.

Nous souhaiterions, nous tous qui aimons la France, notre patrie, pour la liberté de laquelle tant de nos anciens ont donné leur vie, nous souhaiterions que vous vous déplaciez de la même façon, chaque fois qu’une de nos églises est taguée, et chaque fois des membres de la communauté chrétienne sont agressés. Tel n’est malheureusement pas le cas !…

De plus, force est de constater que les stations de radio et chaînes TV –à votre botte- n’ont pas cessé de rappeler, pendant 48 heures, cet événement, alors qu’ils sont étrangement silencieux lorsqu’il s’agit d’un lieu de culte chrétien !…

Avez-vous décidé, Monsieur le Président de la République, pour être réélu en 2022, de courtiser, sans vergogne, les musulmans afin d’avoir leurs voix ? Aimez-vous encore France pour en arriver à de telles compromissions, à de telles trahisons ?…

Je rappelle également que, vous qui êtes pour la « paix des mémoires », après avoir accusé la France de « crime contre l’humanité » propos de la colonisation, gommant d’un trait tous les bienfaits que notre pays a apportés aux peuples colonisés, vous avez confié la mission de rapprocher la France et l’Algérie, à Benjamin Stora, un ennemi notoire de la France.

Vous envoyez ainsi un magnifique message d’apaisement à tous les jeunes issus de l’immigration, les faisant passer un peu plus comme des victimes, et les poussant à haïr encore davantage la France !…

Votre politique n’a pour résultat que de semer la haine, et votre but, nous le savons est vous retrouver, au soir du premier tour des présidentielles, face à la candidate du Rassemblement National, poussant ainsi les électeurs qui sont contre les extrémistes à un choix dramatique.

Un tel calcul, dévoile chez vous une ambition personnelle dans laquelle la fin justifie les moyens, et un mépris total de vos concitoyens et de la France.

Il est d’usage, lorsqu’on s’adresse au Président de la République et à un de ses ministres, de conclure par une formule de respect. La façon dont vous trahissez la France et les Français, ne permet d’user d’une formule de ce genre. Je vous prie simplement de m’excuser de ce refus des convenances.

J’achèverai donc ce courrier en vous rappelant simplement cette formulation, que j’ai entendue récemment chez un journaliste, à propos de vous, Monsieur le Président de la République : « Il séduit. Il utilise. Il jette ! »

Je souhaite donc que les yeux de Français finissent par s’ouvrir, et qu’ils vous « jettent » comme vous le méritez !

Quant à vous, Monsieur le ministre de l’Intérieur, votre conduite n’est dictée que par l’ambition et l’opportunisme, et je ne puis vous exprimer ici que mon courroux le plus vif.

Osons en parler…

Tout le monde le sait, mais personne n’a le courage d’en parler. Le sujet est tabou et les rares personnes, qui se risquent à l’aborder, s’exposent à la vindicte médiatique et à l’infâme qualificatif de « raciste » ou de « xénophobe » !

Pourtant la vérité est là. Indéniable : la majorité des actes de délinquance et de violences, commis en France, est le fait de musulmans – maghrébins d’Afrique du Nord (sans la moindre idée péjorative dans ce mot) ou Noirs africains.

J’entends déjà les cris d’orfraie, je veux dire les « hurlements », de toute la classe dirigeante et bien-pensante, qui ne veut surtout pas de vagues, et qui est prête à toutes les compromissions pour s’assurer de son maintien au pouvoir ; et aussi les cris de toutes les Associations telles que SOS racisme, le MRAP, le haut-commissariat au culte musulman, la Ligue des droits de l’homme, etc., etc.

Je le sais : le fichage ethnique et religieux est interdit en France. Cependant en comptabilisant le nombre de menus hallal commandés par les détenus en prison, on arrive à savoir la proportion de musulmans qui s’y trouvent. Si on ne peut fixer avec une entière certitude cette proportion, il semblerait cependant que les musulmans en prison soient plus de 60 %.

Ceux qui lisent habituellement mes chroniques le savent : j’ai le même respect pour tous les hommes de la terre, quels soient leur couleur de peau, leur religion, leur culture, etc. A propos des jeunes en prison, j’ai conscience que ce sont souvent des adolescents qui habitent des cités dégradées, et qui risquent plus que d’autres de sombrer dans la délinquance. Que ce sont souvent des « paumés », des « désœuvrés », des jeunes que les parents n’ont pas éduqués, etc. Je tiens à dire que je n’ai pas le moindre sentiment de haine envers eux et que je regrette que leurs parents que ne leur aient pas appris à aimer la France ! Je pense enfin que la prison n’est pas le meilleur remède pour remettre ces délinquants dans le droit chemin.

Mais je voudrais maintenant élargir la réflexion à l’ensemble des musulmans, et je dirai que je n’aurai de respect pour l’islam que le jour où je verrai tous les musulmans de France se lever en masse et condamner :

– les crimes innommables de leurs coreligionnaires : voitures piégées, tortures, décapitations, ici et là, dans le monde, etc.

– les mœurs totalement incompatibles avec des civilisations évoluées : polygamie, mariages forcés, et femme réduite en esclavage, sous la domination des hommes.

– intolérance des musulmans vis-à-vis des autres religions : persécutions des chrétiens d’Orient, destruction de leurs églises, mise à mort des renégats.

– mœurs criminelles telles que la lapidation des femmes adultères, etc.

– enfin volonté d’imposer la sinistre charia à tous les habitants de la planète.

Naturellement on va me rétorquer qu’il ne s’agit là des crimes et des mœurs que d’une infime minorité d’extrémistes, qui ne représentent pas l’islam, et qu’il ne faut pas faire l’amalgame… avec la grande majorité des musulmans !

Eh bien ! Je le répète, tant que je ne verrai pas l’immense majorité des musulmans de France sortirent leur silence et condamner massivement, haut et fort, ces extrémistes et se désolidariser d’eux, je ferai l’amalgame !…

Tel n’est, hélas ! pas le cas. Peur ? Lâcheté ? Opportunisme ?… Quels que soient les mots, il est évident que ces pleutres manquent de courage, et ne témoignent guère d’un grand amour de la France.

Or, quand on vit dans un pays, la première chose est de l’aimer et de faire partager cet amour à tous ses proches. Malheureusement et visiblement les adolescents délinquants musulmans n’ont pas appris, eux non plus à aimer notre patrie, d’où la cohabitation de plus en plus difficile avec l’ensemble de la communauté française.

Je ne fais ici que des constats. Libre à chacun de les croire ou non. Les réseaux sociaux –tout le monde le sait- ne cessent de déverser des messages de haine. Or la haine ne construit rien. Elle dresse les gens les uns contre les autres, s’alimente de mensonges, de calomnies, et risque tôt ou tard de les pousser à s’entretuer…

J’ai refusé dans cette chronique d’adopter une neutralité bienveillante à l’égard de l’islam. Car l’islam me semble de nos jours, le plus grand obstacle à la paix en France et dans le monde. Tout cela parce que l’islam –loin d’être une religion de paix- est avant tout une idéologie qui n’a qu’un but : conquérir la planète et réduire en esclavage l’humanité.

Ne désespérons pas !…

La France, cette France que nous aimons tous, pour la Liberté de laquelle tant de nos Anciens ont donné leur vie, et pour laquelle tant des nôtres se sont battus, cette France traverse de terribles épreuves.

Non seulement elle est victime – comme tous les pays du monde – d’une pandémie sans précédent dans l’Histoire, aux conséquences incalculables, dont ignorons la durée et dont nos enfants et petits-enfants paieront sans doute pendant de longues années les « pots cassés » !…

Mais il y a plus : elle connaît maintenant un recrudescence d’un terrorisme aveugle qui frappe n’importe où, n’importe quand, n’importe qui, et dont personne n’est l’abri.

D’un naturel optimiste, je refuse la désespérance et je voudrais faire partager à tous mes raisons d’espérer.

Tôt ou tard, les scientifiques enrayeront cette crise du Covid-19, trouveront un vaccin et en viendront à bout. Certes le prix à payer sera colossal, mais j’ai bon espoir dans solidarité nationale et intergénérationnelle, pour rendre plus supportables les dommages provoqués par cette pandémie.

Quant au terrorisme, c’est une guerre asymétrique, dans laquelle notre faiblesse – mais aussi notre honneur ! – est de respecter les lois de la guerre, face à un ennemi qui ne les respecte pas.

A défaut de totalement l’éradiquer, nous pouvons l’endiguer. Avec une bonne dose de volontarisme et de courage politique, on pourrait mettre des moyens matériels, humains et législatifs en adéquation avec la réalité.

Il faudrait notamment renoncer aux décennies de laxisme de tous nos gouvernements successifs. En durcissant nos lois et en commençant par emprisonner systématiquement tous les fichier « S », et en mettant un terme aux vagues migratoires qui amènent sur notre sol des individus qui n’aiment pas notre pays, en cherchent tous les avantages, et se retournent parfois contre nous.

Enfin, il faut éviter la tentation de tomber dans un cycle de vengeance stérile et qui ne pourrait que nous conduire à une guerre civile. Je l’ai souvent dit, les musulmans vivant en France doivent se plier à nos lois et ne pas nous imposer les leurs. La sauvegarde de notre identité nationale dépend de cette condition. Mais je refuse cependant de considérer tous les musulmans comme des terroristes en puissance et je pense que, s’ils le veulent, nous pouvons vivre en bonne intelligence avec eux.

Covid-19. Terrorisme. Ne cédons pas à la stérilité du désespoir. Montrons-nous dignes de nos Anciens qui ont su se relever après la terrible débâcle de 1940 !

Tandis que le soleil se couche…

Tandis que le soleil se couche,
et que le bateau s’éloigne du port,
un jeune garçon, les yeux en larmes,
regarde pour la dernière fois
Alger la blanche
disparaître à l’horizon.

Là, un siècle plus tôt,
le père de son grand-père
était venu avec sa famille
cultiver quelques arpents
d’une terre en friches.

Là, sa grand-mère
avait été frappée à cinq ans de la typhoïde
et un ex-voto dans la basilique
Notre-Dame d’Afrique
remercie la Vierge
de sa guérison miraculeuse.

Là, dans le cimetière de Saint-Eugène,
reposent depuis trois générations
les membres de sa famille.

Le bateau s’éloigne dans la nuit qui tombe
et le jeune garçon pleure.
Il ne reverra plus jamais
les ruelles étroites de la Casbah
où il jouait avec ses petits camarades
juifs ou musulmans.

Tout près de lui,
une mère pleure aussi.
Elle a tout perdu.
Une terre qu’elle aimait
et qui était devenue sienne.

Et elle songe à tous ces soldats
tombés à la fleur de l’âge
pour que France et Algérie
soient unies dans une paix fraternelle.
…..………
Cinquante ans ont passé.
La vieillesse et la mort
ont emporté la mère d’hier.
Et le jeune garçon est maintenant
sur le dernier versant d’une vie d’homme.

Il songe avec nostalgie
à ses premières années
sur une terre que la misère a recouverte.

Il songe avec tristesse
aux plaies que le temps
n’arrive pas à refermer.

Il songe à la complicité qui, hier
unissait chrétiens,
juifs et musulmans
enfants d’un même Dieu,
frères que la guerre a divisés.

La nuit recouvre
les souvenirs d’hier
de son voile de tristesse.
Mais là- haut, dans le ciel,
plus sombre
que la nuit la plus sombre,
brille l’étoile de l’Espérance.

L’étoile des commencements
et des recommencements.
L’étoile éternelle
capable de sécher les pleurs
d’un enfant en deuil.

L’étoile secourable
qui donne et redonne
le Courage dont les hommes,
sur cette terre de souffrances,
ont tant besoin.

Redoine Faïd et l’interdiction de la burqa…

Après une cavale de trois mois, Redoine Faïd, vient d’être arrêté. Il faut féliciter les enquêteurs, les policiers et les gendarmes pour leur travail et pour cette arrestation sans bain de sang.

Mais le travail de ces derniers n’a pas été facilité, car Redoine Faïd se déplaçait déguisé sous… une buqua !… Et il a fallu toute la perspicacité des enquêteurs pour deviner qu’un homme se cachait sous ce déguisement de femme !…

Voilà une bonne raison pour interdire une fois pour toutes, en France, cet accoutrement moyenâgeux, contraire à nos mœurs et permettant aux pires terroristes de dissimuler leur identité !…

Hélas, qui parmi nos dirigeants aura le courage de prendre une telle mesure et de la faire appliquer ?!… Tous sont à plat ventre devant les musulmans dont ils comptent sur les voix pour se faire élire ou réélire !…

Triste France !…

PS : contrairement à ce que certains pourraient croire, je ne pense pas être raciste. Je suis seulement « islamophobe », l’islam étant une religion archaïque et mortifère – Mahomet a prêché la mort du mécréant -, que bien des musulmans cherchent à nous imposer, si bien que nous risquons, dans quelques années, de nous retrouver sous le régime de la charia ! Et je ne pense pas exagérer en disant cela.