Vous avez dit « incivilités » ?

Le ministre des transports, Jean-Baptiste Djebbari, aurait qualifié « d’incivilités » le meurtre du chauffeur de bus de Bayonne, Philippe Monguillot, assassiné par quatre passagers, dont l’un n’avait pas de ticket et les trois autres, pas de masques.

J’emploie volontairement le conditionnel, parce que je n’ai pas réussi à avoir la confirmation de ce qualificatif absolument insupportable, s’il est exact !

Les gouvernements qui se succèdent depuis des décennies se montrent incapables de faire respecter La Loi. Nos forces de l’ordre – tantôt portées aux nues par les médias et l’opinion, tantôt trainées dans la boue – ne sont pas appuyées par la Justice. Quand elles arrêtent des délinquants et des fauteurs de troubles, la plupart du temps, ces derniers sont relâchés sans condamnation.

…………………………………………………………………..

Oui, nous sommes victimes d’un laxisme généralisé au niveau le plus haut de l’Etat et la délinquance progresse sans cesse et de façon dramatique

Face à ce fléau, d’aucuns réclament des peines de prisons plus fortes et sans sursis. Personnellement, je pense que nous avons, dans notre arsenal de lois, des peines qui pourraient, si elles étaient appliquées, mettre hors ci-circuit un certain nombre de ces « voyous », de ces « bandits », de ces « vauriens » – je ne sais comment les qualifier – qui ne reculent devant rien et ne méritent aucune pitié !

..…………………………………………………………………

Mais je pense que la prison ne résout pas grand-chose. A ma connaissance, du fait de la promiscuité, c’est une école du « crime », dans laquelle des caïds « musulmans » – n’ayons pas peur des mots ! – imposent leur loi. Les surveillants eux-mêmes en ont peur et sont obligés de négocier avec eux chaque jour ou presque !

Ils font du trafic de drogue, imposent aux détenus, qui travaillent dans les ateliers de la prison, de leur reverser une partie de leur salaire, ont des contacts en dehors de l’enceinte de la prison, font des émules dans le crime, menacent de mort les surveillants qui essaient d’appliquer le règlement pénitentiaire, etc., etc. Et tout cela avec l’aval d’une Administration incapable de se faire respecter !… Aussi, il y a de grands risques que celui qui rentre petit délinquant en prison, en ressorte grand criminel…

…..………………………………………………………….

Alors que faire ?… Trois pistes me semblent envisageables.

La première concerne les délinquants qui souhaitent se sortir des mauvaises actions et mauvaises habitudes dans lesquelles ils se sont engagés. Ce serait de proposer aux volontaires, des travaux d’intérêt général, solidement encadrés, avec une discipline très stricte et un apprentissage de nos valeurs patriotiques : levers et couchers à heures fixes, lever des couleurs chaque matin. Incitation pour les jeunes, qui vivaient que dans le désordre complet, et ne respectaient aucune loi, à apprendre un métier, pour le jour où ils auront achevé leur période de rééducation… Ils pourraient ainsi découvrir la valeur du travail, d’une vie ordonnée et les valeurs indispensables à toute vie en société : le partage, l’altruisme, la générosité, le don de soi, etc.

……………………………………………………………..

     La seconde piste concerne les gros délinquants et certains criminels pour lesquels la Justice veut laisser une chance de s’amender, au terme d’un séjour plus ou moins long en prison, fixé par le juges. Mais attention : il ne faut en aucun cas ce séjour ressemble à des congés payés. Il faut que ces détenus en « bavent », expient par la souffrance, les délits et crimes qu’ils ont commis ! Pas question d’avoir le téléphone et la TV dans leur cellule ! Pas question de partager leur cellule non plus avec un autre détenu, pas de visites, pas de lecture. Le face- à-face avec soi-même. Ainsi, peut-être, ces condamnés, en voyant les souffrances auxquelles ils sont soumis, prendront conscience des souffrances qu’ils ont fait subir à leurs victimes, et seront dissuadés de toute récidive…

………….…………………………………………..……..

La troisième piste, concerne les grands criminels – pour lesquels on ne peut trouver aucune circonstance atténuante – et les terroristes qui, au nom d’une religion mortifère, n’hésitent pas semer la mort dans le sang et ne peuvent en aucun cas être « déradicalisés ». Ce serait l’exclusion à vie dans un bagne où ils seraient condamnés à casser des pierres comme dans les temps passés, et d’où ils ne pourraient s’évader.

……………………………………………………………..

J’entends déjà les bonnes âmes s’indigner de ces condamnations, en invoquant, pour tous ces délinquants et criminels, des enfances malheureuses, la vie dans la rue en l’absence de parents aimants, etc. Je leur réponds que les malheurs et les injustices du passé, n’empêchent pas de faire la distinction entre le bien et mal, et de percevoir l’horreur qu’il y a à tuer à coups de pied un honnête chauffeur de bus, qui ne faisait que son devoir en rappelant la loi à des passagers délictueux, ou l’horreur de « foncer » et tuer, avec sa voiture, une gendarme de vingt-cinq ans qui faisait un contrôle sur la route.

A propos de ces condamnations à vie, sans possibilité d’amendement, je me demande si l’on doit désespérer de l’Homme ? Si l’on doit désespérer d’un homme ?…

Chrétien, je pense que – quelle que soit la noirceur de son âme – tout individu peut être, à un moment donné de sa vie, voire au dernier moment, touché par la « grâce », et prendre conscience de l’horreur de ses actes. Mais j’estime que cette prise conscience ne l’exonère pas de la dette qu’il a à payer envers la société, et qu’elle l’invite à accepter, avec égalité d’âme, la peine à laquelle la Justice l’a condamné. Voilà tout.

La « taqîya »…

L’attaque terroriste au couteau, qui, à Londres, le 29 novembre dernier, a fait deux morts, et trois blessés graves, nous rappelle une pratique islamiste que beaucoup – et notamment nos dirigeants – semblent ignorer : la « taqîya », ou « l’art de la dissimulation ».

En effet, l’auteur de cet attentat, âgé de 28 ans, avait été condamné en 2012 a 16 ans de détention, pour son appartenance à un groupe qui envisageait de commettre un attentat à la bombe à la Bourse de Londres, et d’établir un camp d’entraînement au Pakistan.

Pendant sa détention, selon la chaîne ITV, il avait écrit une lettre, dans laquelle il demandait à suivre des séances de « déradicalisation »  pour devenir « un bon citoyen britannique ». Sûrs de ses bonnes intentions, les juges britanniques l’avaient remis en liberté conditionnelle, voici tout juste un an. On voit ce qu’il en est !…

Il apparaît clairement qu’il ne faut jamais se fier aux bonnes paroles des détenus islamistes – qui dissimulent leurs intentions – et leur redonner la possibilité de commettre de nouveaux attentats.

Je sais. Nous vivons dans un Etat de droit et nous devons en respecter les lois. Oui, mais…

Oui, mais doit-on remettre en liberté des détenus condamnés pour acte ou projet d’acte terroriste ? Toute la question est là…

Personnellement, je ne crois pas aux entreprises de « déradicalisation » de djihadistes. Ces derniers sont comme fascinés, hypnotisés par l’idée qu’en semant la mort autour d’eux et en se sacrifiant, ils mourront en martyrs, et auront en récompense les soixante-dix vierges du Paradis, promises par le Prophète. Il semble difficile de lutter contre un tel endoctrinement!…

Face à cela nos lois actuelles sont impuissantes. Je ne suis pas juriste, mais vu le danger de la situation, ne devrait-on pas mettre en place des lois d’exception, pour éviter le renouvellement et le risque de tous ces attentats ?…

Je suis particulièrement attaché à la vie, mais je pense qu’il faut en finir avec l’angélisme et je me demande s’il ne faudrait pas rétablir la peine de mort pour les auteurs d’attentats, qui n’ont pas hésité à massacrer des innocents ?… Dans la mesure, bien sûr, il n’y aurait pas le moindre doute sur leur culpabilité.

Une telle mesure éviterait à ces criminels de récidiver, et d’un côté bassement matérialiste, serait la moins onéreuse pour les contribuables que nous sommes. Je pense au coût exorbitant du maintien en prison, pendant des années, voire à vie, de terroristes comme le fameux Abdeslam du Bataclan…

Pour moi, cette mesure ne serait une réponse ni à la haine, ni à la vengeance, mais simplement à une soif de justice. Dans de tels cas, je me demande, en effet, si la mort n’est pas la seule peine à la hauteur de ces crimes odieux. Ne serait-ce pas la juste – et imparfaite – rétribution des victimes et de leurs proches ?…

Quant aux terroristes, dont la Justice estimerait qu’ils ne méritent pas la peine de mort, alors je propose qu’ils soient envoyés un lieu isolé, totalement et sérieusement gardé – d’où ils ne pourraient pas s’évader ! – où ils seraient assignés à des travaux d’intérêt général et où ils resteraient à vie. On m’accusera de déni de justice et de procès « d’intention »… Je répondrai : « Taqîya !… Taqîya… » – « Dissimulation !…Dissimulation !… » Impossibilité de savoir si un djihadiste s’est « déradicalisé », et peut-être même : impossibilité de « déradicaliser » un islamiste !… »

Notes :

– La taqîya se traduit dans les faits par une barbe rasée de près ou de quelques jours, la montre portée au poignet gauche, des vêtements dits « occidentaux » (ne pas porter le qamis = vêtement long porté traditionnellement par les hommes musulmans), voire aller en boîte, boire de l’alcool… Soit effacer tout signe d’appartenance à l’islam radical.

– Il ne faut pas confondre les deux adjectifs islamique et islamiste. Islamique désigne l’islam au sens propre, sans notion de valeur ; islamiste désigne l’islam radical, extrémiste.

Réflexions sur la justice – ou l’injustice – sociales…

Près de la moitié des habitants de notre planète, soit près de trois milliards de personnes, n’a pas les moyens de se nourrir, de s’instruire, de se soigner et de se loger. Il y a là une injustice insupportable qui nous invite, nous, la majorité des Français à relativiser les injustices sociales dont nous pouvons être victimes. La plupart d’entre avons un minimum de confort matériel : il nous suffit, entre autres et la plupart du temps, d’appuyer sur un bouton pour avoir l’électricité ou de tourner un simple robinet pour avoir l’eau à volonté. Combien dans le monde n’ont pas cela !… Aussi, il convient peut-être de relativiser la colère des gilets jaunes.

Cela dit nous ne saurions tout accepter. Il convient de rappeler que beaucoup de Françaises et de Français – notamment agriculteurs et commerçants – n’ont pour vivre que des retraites d’un montant dérisoire, après avoir cotisé tout leur vie, et voient dans le même temps des migrants, n’ayant jamais travaillé en France, n’ayant jamais cotisé à la Sécurité sociale, gagner autant qu’eux – quand ce n’est pas davantage – et bénéficier des soins gratuits et tous les avantages sociaux. Il y a là une injustice flagrante que nous devons dénoncer.

Oh ! je l’ai souvent dit : je considère tous les hommes comme mes frères de la terre, les migrants comme les autres, et je pense que chacun a droit sa place au soleil.

Mais l’on ne saurait accepter que les avantages que nos aînés nous ont durement acquis, à la sueur de leur front et après des luttes éprouvantes, nous soient arrachés au profit de personnes entièrement à notre charge.

Je sais qu’il y a des pays en guerre, des pays victimes de la famine, des pays où la montée des océans condamnera les habitants à s’exiler.

Mais, ne conviendrait-il pas pour mettre un terme à ces vagues migratoires, de freiner la natalité galopante de l’Afrique, de tout faire pour rétablir la paix dans les pays en guerre, et enfin d’envoyer des aides ciblées au bénéfice des populations victimes de crises économiques et non plus au bénéfice de quelques despotes mégalomanes.

J’ai bien peur, hélas, qu’il ne s’agisse là que d’un vœu pieux…

Ne désespérons pas de la Justice…

 

A 71 ans, j’ai de plus en de mal à croire en une justice divine, qui réparerait les injustices criantes dont nous sommes victimes sur cette terre. Et pourtant, comme il serait réconfortant d’y croire ! Et je crois encore moins en la justice des hommes.

Aussi j’applaudis l’exploit de ces gendarmes, qui viennent de retrouver – trente ans après les faits ! – les auteurs d’un crime particulièrement odieux, qui avaient abandonné le corps martyrisé d’une fillette, de 4 ans, sur le bas-côté de l’autoroute A10, entre Paris et Tour

Ce corps avait été retrouvé le 11 août 1987 par des employés de l’autoroute et n’avait jamais pu être identifié.

Des indices laissaient penser que le meurtre n’avait pas eu lieu sur place, mais que le corps avait été déposé, sur la voie Paris-province. Or ce jour-là 11 000 véhicules avaient défilé sur cette voie !…

Les gendarmes, qui ne disposaient que de peu d’indices, avaient lancé un gigantesque appel à témoin dans toute la France. La photo de la fillette avait été placardée dans 65 000 écoles et dans les lieux publics. En vain.

Cependant, ils n’ont pas lâché le « morceau » et leur persévérance vient de payer.

La comparaison de l’ADN de cette fillette, avec celui d’un homme récemment interpellé, a été formelle : ce dernier était un des frères de la victime !…

Cette dernière a maintenant une identité : Inass Touloub, née le 3 juillet 1983 à Casablanca, au Maroc et arrivée en France à l’âge de 18 mois. Elle était la troisième d’une fratrie de sept enfants. Elle était inscrite à l’école maternelle, sans jamais avoir été scolarisée et elle était également inscrite à la CAF, sur le livret de famille. Elle avait donc une existence légale.

Ses parents, qui se rejettent mutuellement la faute, ont été mis en examen.

Cette enfant avait été inhumée à Suèvres – dans le Loir-et-Cher – le 9 septembre 1987, avec comme inscription sur sa tombe : « A la mémoire de la petite inconnue de l’A10 ». Un nom vient d’être rajouté sur un galet : «  Inass – 1983-1987 »

Repose à jamais en Paix, petite Inass, toi dont la vie si courte n’a été que souffrances !

Choisir son camp !…

En octobre dernier, la ministre aux armées, Florence Parly, déclarait : « Si des djihadistes tombent aux mains des forces syriennes, ils dépendront de la juridiction des forces syriennes. »

Mais dernièrement, la ministre de la Justice, Nicole Belloubet,    nuançait cette déclaration et disait : «  Bien entendu, s’il y avait une question de peine de mort, l’Etat français interviendrait. »

Le procureur de la République de Paris, François Molins, fait état de 676 Français qui seraient encore présents dans les zones de combats en Syrie ou en Irak. Parmi eux, il y a aurait 295 femmes.

Personnellement, je pense que ces djihadistes, hommes et femmes, ont trahi la France, n’ont pas hésité à prendre les armes contre elle, et que nous n’avons pas à avoir d’états d’âme à leur égard.

Il faut avoir le courage d’assumer ses choix. Il est trop facile d’en changer quand le vent tourne.

Ces traitres – homme et femmes – manifesteraient du repentir ! Repentir – après combien de crimes ! et dont je doute de l’authenticité -, quand on sait que les djihadistes se vantent de pratiquer la « taqîya » (dissimulation) pour tromper les « mécréants ». Aussi il ne fait aucun doute que leur retour en France constituerait une grave menace pour notre sécurité.

Ces criminels – français et françaises -, s’ils sont jugés en Irak ou en Syrie, risquent la peine de mort. C’est terrible. J’en conviens. Mais c’est le juste prix à payer de leurs crimes inexpiables et nous n’avons pas à faire de sentiments. Nous sommes en guerre, et nous devons accepter les lois terribles de la guerre, face à des ennemis qui ne reculent devant rien.

Ce qui me tourmente, je ne le cache pas, c’est le sort de ces enfants que ces femmes, qui ont trahi la France, ont mis au monde. Que vont-ils devenir ?…  Ils ne sont pas responsables des crimes de leurs mères. Que doit-on faire d’eux ?… Je n’ai pas de réponse.