Osons en parler…

Tout le monde le sait, mais personne n’a le courage d’en parler. Le sujet est tabou et les rares personnes, qui se risquent à l’aborder, s’exposent à la vindicte médiatique et à l’infâme qualificatif de « raciste » ou de « xénophobe » !

Pourtant la vérité est là. Indéniable : la majorité des actes de délinquance et de violences, commis en France, est le fait de musulmans – maghrébins d’Afrique du Nord (sans la moindre idée péjorative dans ce mot) ou Noirs africains.

J’entends déjà les cris d’orfraie, je veux dire les « hurlements », de toute la classe dirigeante et bien-pensante, qui ne veut surtout pas de vagues, et qui est prête à toutes les compromissions pour s’assurer de son maintien au pouvoir ; et aussi les cris de toutes les Associations telles que SOS racisme, le MRAP, le haut-commissariat au culte musulman, la Ligue des droits de l’homme, etc., etc.

Je le sais : le fichage ethnique et religieux est interdit en France. Cependant en comptabilisant le nombre de menus hallal commandés par les détenus en prison, on arrive à savoir la proportion de musulmans qui s’y trouvent. Si on ne peut fixer avec une entière certitude cette proportion, il semblerait cependant que les musulmans en prison soient plus de 60 %.

Ceux qui lisent habituellement mes chroniques le savent : j’ai le même respect pour tous les hommes de la terre, quels soient leur couleur de peau, leur religion, leur culture, etc. A propos des jeunes en prison, j’ai conscience que ce sont souvent des adolescents qui habitent des cités dégradées, et qui risquent plus que d’autres de sombrer dans la délinquance. Que ce sont souvent des « paumés », des « désœuvrés », des jeunes que les parents n’ont pas éduqués, etc. Je tiens à dire que je n’ai pas le moindre sentiment de haine envers eux et que je regrette que leurs parents que ne leur aient pas appris à aimer la France ! Je pense enfin que la prison n’est pas le meilleur remède pour remettre ces délinquants dans le droit chemin.

Mais je voudrais maintenant élargir la réflexion à l’ensemble des musulmans, et je dirai que je n’aurai de respect pour l’islam que le jour où je verrai tous les musulmans de France se lever en masse et condamner :

– les crimes innommables de leurs coreligionnaires : voitures piégées, tortures, décapitations, ici et là, dans le monde, etc.

– les mœurs totalement incompatibles avec des civilisations évoluées : polygamie, mariages forcés, et femme réduite en esclavage, sous la domination des hommes.

– intolérance des musulmans vis-à-vis des autres religions : persécutions des chrétiens d’Orient, destruction de leurs églises, mise à mort des renégats.

– mœurs criminelles telles que la lapidation des femmes adultères, etc.

– enfin volonté d’imposer la sinistre charia à tous les habitants de la planète.

Naturellement on va me rétorquer qu’il ne s’agit là des crimes et des mœurs que d’une infime minorité d’extrémistes, qui ne représentent pas l’islam, et qu’il ne faut pas faire l’amalgame… avec la grande majorité des musulmans !

Eh bien ! Je le répète, tant que je ne verrai pas l’immense majorité des musulmans de France sortirent leur silence et condamner massivement, haut et fort, ces extrémistes et se désolidariser d’eux, je ferai l’amalgame !…

Tel n’est, hélas ! pas le cas. Peur ? Lâcheté ? Opportunisme ?… Quels que soient les mots, il est évident que ces pleutres manquent de courage, et ne témoignent guère d’un grand amour de la France.

Or, quand on vit dans un pays, la première chose est de l’aimer et de faire partager cet amour à tous ses proches. Malheureusement et visiblement les adolescents délinquants musulmans n’ont pas appris, eux non plus à aimer notre patrie, d’où la cohabitation de plus en plus difficile avec l’ensemble de la communauté française.

Je ne fais ici que des constats. Libre à chacun de les croire ou non. Les réseaux sociaux –tout le monde le sait- ne cessent de déverser des messages de haine. Or la haine ne construit rien. Elle dresse les gens les uns contre les autres, s’alimente de mensonges, de calomnies, et risque tôt ou tard de les pousser à s’entretuer…

J’ai refusé dans cette chronique d’adopter une neutralité bienveillante à l’égard de l’islam. Car l’islam me semble de nos jours, le plus grand obstacle à la paix en France et dans le monde. Tout cela parce que l’islam –loin d’être une religion de paix- est avant tout une idéologie qui n’a qu’un but : conquérir la planète et réduire en esclavage l’humanité.

La France menacée par la pieuvre de l’islam…

Par lâcheté ou… par opportunisme ! –pour ménager les musulmans et surtout pour s’attirer leurs voix- nos politiques, de droite comme de gauche, occultent depuis des années les dangers de plus en plus grands que ces derniers représentent pour la France. Pourtant ces dangers sont réels et nombreux.

Les musulmans n’ont qu’un seul but : nous imposer leur charia moyenâgeuse et obscurantiste, qui rejette nos valeurs républicaines, sociales et humanistes, et pour cela ils infiltrent toutes les catégories de notre société.

Petits rappels pour ceux qui refusent de voir les dangers représentés par l’islam :

– C’est la deuxième religion en France, et elle compte environ 2 500 mosquées et salles de prières. Sur ces 2 500 mosquées, un quart ont une école coranique, et 35 000 enfants y suivent des cours dont le contenu n’est pas contrôlé et divulgué. Beaucoup abritent des imams reconnus pour leurs prêches radicaux.

– Un grand nombre d’imams sont de nationalité étrangère -Marocains, Algériens, Tunisiens, Turcs, etc.- Alors qu’il y a quelque 700 000 Turcs en France –dont environ 200 000 en situation irrégulière- du 1er juillet 2017 au 30 juin 2019, c’est un franco turc, Ahmet Ogras, très lié à Erdogan, qui fut le président du comité français du culte musulman (CFCM) !…

– 53% des Français de confession musulmane pratiquent un islam conservateur voire autoritaire, qui confine à une sorte de sécessionnisme politique et social pour 28% d’entre eux.

– La pieuvre de l’islam étend ses tentacules partout : dans les domaines névralgiques comme ceux de l’éducation, du monde de l’entreprise, des lieux de culte, des salles de sport et d’internet. Les clubs de sport -lieux supposés d’intégration et de mixité sociale- pratiquent le prosélytisme religieux.

– Des matchs de foot sont interrompus par des prières, et des matchs féminins ont eu lieu avec des femmes voilées, en dépit des règlements et de la loi.

– Les frères musulmans contrôlent de très nombreux lieux de culte et ont un quasi-monopole sur la formation des imams. Ils jouent beaucoup sur l’islamophobie, et leur objectif politico-religieux avoué, c’est la conquête de la république.

– Les salafistes, qui ont 14 000 adeptes sur notre territoire, prônent la rupture avec la société européenne, et aussi avec tout ce qui n’est pas islamique. Ils sont implantés dans une centaine de villes, à travers les grandes régions de France, et leurs mosquées sont majoritairement dirigées par des imams d’origine étrangère.

– Pour les responsables de la lutte antiterroriste, il y aurait plus de 1 000 radicalisés dans les clubs de sport, et cette radicalisation par le sport conduit au djihadisme. Un grand nombre d’éducateurs sportifs seraient fichiers ‟S”.

Je fais volontairement l’amalgame entre « islam » et « islamisme ». Je cesserai de le faire, le jour où je verrai les musulmans dits « non radicalisés » se lever en masse pour condamner leurs frères terroristes qui assassinent et décapitent de la façon la plus barbare nos concitoyens. Or, à ma connaissance, ils ne l’ont jamais fait.

Enfin, preuve que l’islam envahit tous les niveaux de la société et que la plupart des musulmans sont complices de ceux qui prêchent la charia : une mère voilée a reproché à une institutrice d’avoir grondé son fils parce qu’il avait fait des « cochonneries » sur son cahier; une autre a demandé qu’on ne lise plus en classe : « Les trois petits cochons » !!!!…

Dormez, dormez tranquilles, braves gens ! Demain, après avoir accusé « d’islamophobes » tous ceux qui vous auront mis en garde contre la pieuvre de l’islam, vous vous réveillerez sous le régime féodal d’une « charia » toute-puissante et il sera trop tard !

La France est-elle encore gouvernée ?…

Désormais, chaque samedi, ce ne sont plus à des manifestations que nous assistons, mais à des véritables scènes de guérilla !

Les rues, les boulevards, les avenues, les places de nos villes, sont le théâtre de violences urbaines de plus en plus importantes ! Des voitures sont incendiées, le mobilier urbain est saccagé, des commerces, des banques, des distributeurs de billets sont vandalisés et pillés !

Et personne n’est responsable ! Ni le gouvernement qui autorise ces manifestations ; ni les manifestants qui n’ont plus de services d’ordre ; ni les casseurs qui peuvent opérer en toute impunité et ne sont pas poursuivis !

Ces manifestations sont devenues un rituel hebdomadaire et bafouent la démocratie. Les manifestants savent-ils encore pourquoi ils manifestent ?… Soi-disant contre la loi sur « la sécurité globale » et sur son fameux « article 24 ». Or, cette loi a été votée par l’Assemblée nationale et est en cours de relecture au Sénat. Quant à « l’article 24 », il est en cours de réécriture ! Ce qui est parfaitement démocratique.

Le pire, c’est que l’on voit des députés participer à ces manifestations, alors que leur place est à l’Assemblée nationale où ils représentent le peuple et où ils ont pour mission de voter les lois et les amendements !…

D’autre part, comment tolérer que plusieurs centaines de milliers de nos concitoyens aient été verbalisés pour la simple et seule raison que leur attestation de déplacement n’était pas en règle, quand dans le même temps, des milliers de manifestants sèment le chaos et ne sont pas inquiétés ?!…

Comment tolérer que les médias s’attardent à diffuser les images des manifestants blessés, et montrent peu ou prou, les membres des forces de l’ordre et les pompiers victimes de la barbarie de ces mêmes manifestants ?!…

Enfin, à tous ceux qui osent prétendre que nous sommes dans un état policier et liberticide, je demande quel état de ce type autoriserait de telles violences !…

Oui ! La France n’est plus gouvernée et si l’exécutif ne se ressaisit pas rapidement, la guerre civile nous menace !…

Comment rétablir l’ordre…

Ayons le courage d’appeler « chat » un « chat ».

La plupart des jeunes immigrés –qu’ils soient de la première ou de la quatrième génération– n’aiment pas la France. Ils sont venus là pour profiter de tous ses avantages, sans aucunes contreparties, et beaucoup sèment le désordre.

Face à cela, on assiste au laxisme le plus complet de nos dirigeants, par manque de volonté ou peut-être, plus insidieusement, pour récupérer les voix de ces jeunes lors des élections.

Cela absolument inacceptable. Il faut que cela cesse.

Je vous livre les trois suggestions d’un ami :

1° – Confier ces « jeunes » à la Légion Etrangère. Ils en feront au minimum des citoyens, ou alors… ils resteront en Guyane, libres, mais en forêt…

2° – Rétablir les camps de redressement avec des méthodes modernes et humaines… des études ou un apprentissage !

3° – Ré-ouvrir un bagne moderne… dans lequel tous ces semeurs de désordres seront soumis à une stricte discipline et travailleront !

La prison est totalement inefficace, la discipline et le travail sont les seules chances d’une bonne rééducation.

D’autre part, est-il normal que des centaines de jeunes Maliens vivent en France à nos crochets, pendant que nos militaires se font tuer au Mali pour lutter contre la peste islamiste ?!…

Enfin, montrant une fois de plus son incapacité à gouverner, Emmanuel Macron a décidé d’un « Beauvau de la sécurité », en janvier.

Il s’agira là d’une « nouvelle » ! commission qui fera des « propositions sur les relations entre la presse et les forces de sécurité », alors que toutes les mesures pour ramener l’ordre sont connues, la première étant de redonner aux Français la confiance dans leurs policiers et dans leurs gendarmes

Policiers et gendarmes sont de plus en plus sacrifiés par un gouvernement qui les méprise et pour des Français qui ont de moins en moins conscience que c’est grâce à eux, grâce à leur sacrifice, que la France ne sombre pas encore totalement dans le chaos. Mais combien de temps cela durera-t-il ?…

Macron ou… l’art de jeter de l’huile sur le feu !…

A un moment où notre Nation n’a peut-être jamais été autant divisée, déchirée, et où il importe plus que jamais de la rassembler, de la ressouder, Emmanuel Macron la divise encore un peu plus et la monte contre notre Police !

Ainsi, lors de l’interview qu’il a donnée au média en ligne Brut, ce vendredi 4 décembre, il a dénoncé des discriminations et des contrôles au faciès, de la part des policiers. « Aujourd’hui, quand on a une couleur de peau qui n’est pas blanche, on est beaucoup plus contrôlé (…). On est identifié comme un facteur de problème et c’est insoutenable ».

Et il a promis le lancement, en janvier, d’une plate-forme nationale de signalement des discriminations, gérée par l’Etat, le défenseur des droits et des associations.

De tels propos et de telles mesures se passent de tout commentaire. J’ajouterai cependant que ce n’est pas la faute de la police si –à la suite du regroupement familial instauré par VGE pendant son septennat- des populations étrangères sont entassées, depuis plus de quarante ans, dans des cités dominées par des caïds, rois de la drogue, et dans lesquelles médecins, infirmières, pompiers, etc., ne peuvent plus pénétrer.

De plus, en 2003, Nicolas Sarkozy, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, dans le gouvernement Raffarin, a supprimé la police de proximité, qui permettait de maintenir un lien social avec ces populations, et a diminué de façon drastique – quoi qu’il en dise – les effectifs des policiers et des gendarmes.

Que d’impéritie de la part de nos chefs d’Etat et ministres !!!… Pour finir je dirai qu’Emmanuel Macron n’est pas digne d’être Président de la République !…

La sécurité – La liberté d’expression – Et les politiques.

S’il est un point qui devrait faire l’unanimité, en France, c’est bien celui de la Sécurité. Nos forces de de l’ordre –gendarmes et policiers- font le maximum pour l’assurer. Les trois millions d’interventions qu’ils font chaque année le prouvent.

Il est très facile de jeter le discrédit sur toutes ces femmes et sur tous ces hommes, à qui l’on demande de plus en plus et dont la plupart sont épuisés.

Rappelons-nous qu’ils sont en sous-effectifs, qu’ils manquent de matériel, de formation, etc.

Rappelons-nous, qu’en plus de leur mission de maintien de l’ordre, on leur impose maintenant de contrôler et verbaliser, les passants qui n’ont pas leur attestation de déplacement !…

Rappelons-nous qu’ils risquent en permanence et donnent parfois leur vie pour nous.

Rappelons-nous que, lorsqu’ils quittent leur domicile –dans la journée ou dans la nuit- leur conjoint, leurs enfants, ne sont pas sûr de les revoir. Et quand ils les revoient, ce peut être à l’hôpital, plus ou moins grièvement blessés, avec une main arrachée, un œil crevé, des côtes, des dents cassées, ou autres.

Mais les médias passent souvent à pertes et profits, les victimes des forces de l’ordre, et font les gros titres, sur les victimes qui se trouvent dans les rangs des manifestants –ou sur ce malheureux producteur de musique, de Paris, tabassé de façon ignoble, par quatre policiers à Paris, et dont ils ont fait passer la vidéo en boucle, pendant plusieurs jours, sur les écrans.

Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Si tous nous condamnons cet acte barbare, inqualifiable, et vraisemblablement raciste, contre ce producteur de musique noir, il faut bien avoir conscience qu’il s’agit là d’un acte isolé et qui ne représente en aucun l’ensemble de nos forces de l’ordre !…

Je déplore bien évidemment tous les hommes et tous les femmes, blessés –parfois grièvement- lors des manifestations. Certains étaient venus là pacifiquement. Mais leurs rangs étant infiltrés par de violents casseurs –dont les fameux black-blocs- les membres des forces de l’ordre, face à une telle violence, n’ont d’autre choix que de répliquer par la violence !

Tout cela pour dire que je soutiens à 100% nos policiers et nos gendarmes. J’ai pour eux la plus grande admiration, la plus grande considération, et je les remercie de tout de ce qu’ils font pour nous.

……………………………………………………………………………………………..

Je pense donc que les Français, dans leur écrasante majorité, souhaitent moins de violence et plus d’ordre. A ma connaissance la loi sur la « Sécurité globale », avec son « article 24 » que le Parlement, vient de voter va dans ce sens.

Mais la France est un pays de droit. Aussi il convient de veiller à la liberté d’expression de tous les citoyens et de tous les journalistes.

Si une caméra de surveillance n’avait pas filmé le passage à tabac de ce malheureux producteur de musique, ce dernier aurait peut-être été placé en garde à vue, et ses agresseurs de la police, n’auraient peut-être pas été inquiétés*… Et sans la diffusion, par les réseaux sociaux, de vidéos montrant Alexandre Benalla, tabassant un couple de manifestants le 1° mai 2018, après avoir usurpé un brassard de policier, cette fameuse affaire n’aurait sans doute jamais éclaté, et ce triste individu aurait sans doute continué à accomplir, en toute impunité, ses tristes besognes.

Oui, il convient de veiller à la liberté d’expression. Mais il convient aussi de protéger impérativement « ceux qui nous protègent ».

Nos gendarmes et nos policiers sont de plus en plus menacés. Ils n’osent plus indiquer leur profession sur les carnets de liaison de leurs enfants, et ils savent qu’en mentionnant leur adresse, des terroristes et autres pourront les retrouver. Ils ne garent plus leur voiture dans la cour de leur commissariat, mais dans des rues bien loin, pour ne pas être repérés, etc.

Le double assassinat, le 13 juin 2016, à Magnanville, devant leur domicile, d’un couple de policiers -devant leur fils de trois et demi !- montrent à quel point ils sont exposés et que leur visage, et leur domicile, doivent rester inconnus de tous. Or l’explosion des réseaux sociaux et les vidéos tournées par de nombreux journalistes, en quête de la plus grande audience, détériorent l’image de nos forces de l’ordre dans l’opinion, nuisent à l’anonymat de de leurs membres et entraînent de lourdes menaces sur ces derniers.

Les journalistes ne devraient-ils pas être tenus à un devoir réserve ? Ils devraient, en tout cas, veiller à ne pas diffuser des images, dont la diffusion peut entraîner des conséquences dramatiques. Quant aux membres des réseaux sociaux, s’ils ne sont pas capables de s’autocensurer, il conviendra que l’exécutif les contrôle. Mais j’entends déjà les cris d’orfraie des inconditionnels de la liberté d’expression !

Certes le public a le droit de savoir. Mais on doit replacer les scènes dans leur contexte, éviter de montrer la violence d’un seul camp, et savoir monter la violence de certains manifestants, qui sont venus là pour « casser du flic »

Tel est, me semble-t-il l’objectif de cette loi sur la « Sécurité globale »

…………………………………………………………..

Malheureusement, par ambitions personnelles, pour avoir la primeur de telle ou telle loi, de ou tel amendement, les politiques se déchirent.

Là où il y aurait dû avoir consensus, ce ne sont que querelles partisanes. Les « marcheurs » refusent de reconnaitre que cette loi répond aux aspirations de l’extrême-droite, et de même pour la droite. Les centristes, comme d’habitude naviguent au gré des vents. Quant à la gauche et à l’extrême-gauche, elles ne savent voir, dans cette loi sur la « Sécurité globale », qu’une entrave à la sacro-sainte la liberté d’expression !

Pendant ce temps, nos policiers et nos gendarmes vivent dans la peur en permanence et donnent leur vie, quand il le faut, pour la sécurité de tous. Mais ils ne sauraient être plus longtemps les victimes propiatoires de politiques qui pensent moins à la paix de notre vieille et belle Patrie qu’à leur carrière !

* Il semblerait que, sous la pression médiatique, l’Exécutif se soit emballé sur cette affaire. Ce « noir » -sans chercher à faire un mauvais jeu de mot- était loin d’être « blanc » et l’on aurait dû interroger les policiers avant de les mettre en prison !…