A propos du crash de l’Airbus A 320 près de Barcelonnette…

Je rappelais, voici trois jours, la nécessité pour les individus d’être rattachés à une communauté.

Je constate hélas que c’est souvent dans le malheur que les liens d’appartenance à une communauté se resserrent.

Le crash de l’Airbus A 320 ce matin, près de Barcelonnette, nous en donne l’exemple.

Lors de telles catastrophes, nous nous interrogeons en premier lieu sur la nationalité des victimes, et nous nous sentons d’autant plus proches, plus solidaires de ces dernières et de leurs familles, qu’elles sont proches par leur nationalité et leur proximité territoriale (région, département, commune, etc.)

Le fait que cet avion se soit écrasé en France nous touche tous profondément. Mais le fait que les victimes soient essentiellement – à ma connaissance – espagnoles, allemandes et turques, et qu’il n’y ait pas de victimes françaises, atténue notre émotion. Nous en éprouvons un certain soulagement, tout en compatissant, bien évidemment, au drame des autres victimes et de leurs familles.

Je regrette que ce soit si souvent le malheur, les tragédies qui rapprochent et unissent les hommes dans une même communion. Aujourd’hui, le crash de cet Airbus, hier l’attentat du Bardo à Tunis, avant-hier les attentats à Charlie Hebdo, etc.

Et je regrette le caractère éphémère des liens qui se tissent et se raffermissent en de telles circonstances. Ces liens naissent de la profondeur de l’émotion. Et ils ne durent bien souvent que le temps cette émotion. Une fois cette dernière passée, une fois la montée d’adrénaline retombée, la vie reprendra son cours et ses droits…

Seuls demeureront, profondément renforcés, les liens avec les plus proches du drame : la famille, quelques intimes et amis…

Et alors naît bien souvent le regret. Celui de ne pas avoir manifesté aux victimes, avant leur tragique disparition, l’affection, l’amitié que nous avions pour elles. Le regret de s’être quitté à jamais, sans s’être dit adieu…

Mais ainsi en est-il de la vie. Nous pouvons disparaître à tout moment – nous ne savons ni le jour ni l’heure – aussi bien d’un accident d’avion qu’en allant faire une course anodine, ou en étant frappée d’une crise cardiaque – et nous ne pouvons vivre en permanence avec la pensée de cette menace. Ce serait insupportable !

Alors, acceptons notre condition mortelle. Vivons intensément le moment présent et laissons le Destin, le Hasard, la Providence ? – c’est selon – décider de ce qui nous échappe et nous échappera toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.