Alep…

Alors que la France est sous le choc du carnage de Nice et de l’abominable crime de Saint-Etienne-du-Rouvray, à quelque 3 000 kilomètres de Paris, 250 000 habitants d’Alep connaissent l’enfer.

Ils vivent et meurent sous les bombardements quotidiens des forces de Bachar Al-Assad et de l’aviation russe, et sont immobilisés par les rebelles qui luttent contre ces dernières.

J’avoue avoir le plus grand mal à distinguer les « bons » et les « méchants » dans ce conflit qui dure depuis quatre ans.

Je pense à ces milliers de victimes innocentes – hommes, femmes, enfants – prises dans un piège dont elles ne peuvent s’échapper, au milieu des ruines qui s’accumulent, souffrant de la faim, de la soif, dont les hôpitaux sont bombardés et dans lesquels il y a pénurie de médecins – des dizaines de médecins ont trouvé la mort dans les bombardements !

Je pense à ces malheureux enfants dans des couveuses que le JT nous montrait hier soir. Quel avenir pour eux !…

Jamais ! Non, jamais ! je n’accepterai de telles horreurs ! Jamais ! Non, jamais ! je ne comprendrai que des hommes exterminent ainsi d’autres hommes !

N’en déplaise à sa sainteté le Pape François, je pense que la plupart des guerres qui déchirent notre monde, sont des guerres de religion, comme celles qui ont déchiré catholiques et protestants au XVI°.

Et j’avoue ne pas comprendre cette expression paradoxale de « guerre sainte » à laquelle font appel certains musulmans. Le Dieu – auquel j’ai de plus en plus de mal à croire – s’il est bon, ne peut accepter qu’une guerre, avec toutes ses horreurs, soit « sainte » !…

Le drame, dans tout cela, c’est l’intolérance. C’est la volonté d’éliminer celui qui ne pense pas comme nous, qui ne croit pas les mêmes choses que nous. S’entretuer pour de simples croyances ! Quelle stupidité !…

J’ai envie de pleurer en voyant notre impuissance à mettre un terme à un tel fléau. Que faire ? Oui, que faire ?

L’ONU se montre tout aussi impuissante que la Société des Nations d’avant-guerre.

Je félicite, en tout cas, ces correspondants de guerre qui, au péril de leur vie, nous informent de la situation dans cette ville. Autant j’ai peu d’admiration pour certains présentateurs de journaux télévisés, qui commentent sans risques l’actualité et donnent à tous des leçons de morale, autant j’admire ces reporters de guerre qui témoignent de l’horreur et la dénoncent.

Des centaines de milliers – de millions – de personnes prient pour la Paix, à travers le monde. Mais y a-t-il un Dieu qui les écoute ? Un Dieu qui les entende ?…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.