Langue française : danger de mort !…

     Il est vrai que les femmes ont souvent eu – et ont encore – les seconds rôles en France –et dans le monde. En France, elles n’ont le droit de vote que depuis le 21 avril 1944, pour un travail identique elles ont souvent un salaire inférieur à celui des hommes, certaines professions leur ont été pendant longtemps interdites, leur rôle a souvent été cantonné aux tâches ménagères, etc., etc. Je m’indigne de ces injustices et partage leur volonté de changement.

     Mais je m’élève avec virulence contre les excès de ces féministes qui, au nom de l’égalité des sexes, veulent nous imposer l’écriture « inclusive ». Alors que 7 % de la population française est illettrée, c’est-à-dire ne sait ni lire, ni écrire, pour n’être jamais allée à l’école – soit 2,5 millions de personnes – cette forme d’écriture va complexifier notre langue, en rendre l’apprentissage encore plus difficile pour nos écoliers et les étrangers, et rendre la lecture orale des textes imprononçable.

     Nous connaissions déjà l’invasion des mots anglais dans la presse, le regrettable abandon de l’accord du participe passé – pour simple raison de facilité – la féminisation de certaines professions – une auteure, une écrivaine, une agente, etc.

     Voilà que maintenant il s’agira « d’inclure » à l’écrit, la forme féminine à la forme masculine, en accolant en fin de mot, entre des points, des suffixes féminins : « les assistant.te.s », « les auteur.trice.s » – pour rappeler aux lecteurs que les femmes peuvent elles aussi être assistantes ou écrire des livres !

     Et ce n’est pas tout. Au pluriel, il faudra remplacer la règle selon laquelle le masculin l’emporte sur féminin, par la règle de proximité : on ne dira plus : « les lecteurs et les lectrices sont contents. », mais « les lecteurs et les lectrice sont contentes. » De même, si dans une phrase il y a plus membres de sexe féminin, l’accord de majorité permettra d’écrire : « Tes filles et ton garçon sont belles. »

     On n’hésitera pas créer des barbarismes pour féminiser certains concepts. On ne dira plus : « rendre hommage » mais « rendre femmage » ou encore : « les journées du Patrimoine » mais «  les journées du Matrimoine »…

     Cette volonté de réforme est si forte que le gouvernement a voté, en février dernier, une circulaire interdisant l’usage de l’écriture inclusive dans les textes officiels et administratifs… Mais aussitôt, des associations se sont empressées de porter plainte contre l’Etat pour annuler cette circulaire…Résultat : pour être consensuels, et ne vexer personne certains parlementaires continuent lâchement d’écrire des communiqués et de déposer des propositions de loi rédigées en écriture inclusive…

      L’abandon officiel des règles d’orthographe peut également avoir des conséquences que nos réformateurs sont loin d’avoir prévues : nous recevons régulièrement des publicités mensongères sur Internet, qui sont de mieux en mieux faites. Mais nous arrivons souvent à identifier la fraude grâce aux fautes d’orthographe, notamment à l’absence d’accents sur certaines lettres, et à des accords non respectés. Les faussaires ne maîtrisent pas ces subtilités. Mais le jour où ces règles auront disparu les « arnaqueurs » auront beaucoup plus de facilité pour tromper les internautes crédules, ces accents et ces accords n’étant plus obligatoires…

     Pour en finir avec cette volonté d’imposer l’écriture inclusive, je pense que, loin de servir la cause des femmes, mais elle provoquera la mort irréversible de la langue française. Face à ce massacre, dont nos enfants seront les premières victimes de même que tous les membres de la francophonie et les étrangers voulant apprendre notre langue, nous ne pouvons pas rester indifférents, et nous avons le devoir de lutter de toutes nos forces. Je vous suggère donc de faire suivre cette chronique au maximum de personnes et de lancer le maximum de pétitions.

      Sur la publicité ci-dessous  pour un Samsug Galaxy, on peut être certain qu’il s’agit d’une arnaque en constatant l’absence d’accents obligatoires sur certaines lettres: « Vous etes gagnant du jour. Nous vous informons que suite a votre participation a notre jeu concours vous avez gagne un cadeau ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.