La réforme des retraites et les grèves…

J’avoue avoir du mal à comprendre toutes ces grèves à propos de la loi sur les retraites. A ma connaissance, nous sommes le seul pays d’Europe à partir sitôt en retraite. Reculer de 60 à 62 ans l’âge de départ me semble pertinent.

Je n’ai aucune sympathie pour Nicolas Sarkozy mais cette réforme dont tous reconnaissent la nécessité, me semble équitable. Peut-être suis-je mal informé ?…

J’ai bien peur que l’opposition à cette réforme soit une opposition partisane et idéologique. Je constate, une nouvelle fois, que la gauche s’oppose violemment à la nouvelle loi, mais ne propose aucun projet à la place… Cela ne me semble guère sérieux.

Le FMI dont le rôle est de veiller au bon équilibre des finances mondiales, approuve, je crois, le plan gouvernemental. Cela voudrait donc dire que les gens de gauche qui plébiscitent Dominique Strauss-Kahn et veulent faire de lui notre prochain Président, mettent en doute ses compétences en tant que directeur du FMI…

J’avoue ne plus y comprendre grand-chose et regrette tout le gâchis humain et économique provoqué par ces grèves.

Poème d’automne

« Ce soir j’ai entendu chanter le Rossignol….. ? »

Les brumes de l’Automne
ont voilé la Maison…
Plus de rires d’enfants
Plus de jouets oubliés…
Et des cœurs déchirés… !

La vie a ses saisons…
Et le bonheur aussi…
Les printemps sont finis…
Finis sont les étés !
Le silence d’hiver
s’étend sur la maison… !

Mais… nous restons ensemble…
Mais… nous sommes tous les deux… ?
Deux pour se souvenir…
Et… deux pour nous aimer !
Il faut sourire encore… !
Vois… la nuit est si belle
Le ciel est plein d’étoiles… ?
………………………………
Ce soir j’ai entendu chanter le Rossignol…

Je retrouve, au milieu de papiers jaunis,
ce poème écrit en 1970, au soir de sa vie
par une amie de mes parents, Mme Gendrel.
Elle se retrouvait seule avec son mari.
Ils n’avaient eu qu’un fils,
tué en Indochine en 1949 ou 1950.

Photo empruntée à Loïc Le Brusq

Ça suffit !…

Nous sommes vraiment dans la République du mensonge et du n’importe quoi.

Ainsi, les mesures d’expulsions prises contre les Roms, n’étaient pas discriminatoires ! Que dire de cette circulaire envoyée aux préfets et sur laquelle ils étaient nommément cités ?… Un mensonge de plus.

Certes la France ne peut pas accueillir tous les immigrés de l’Europe et du monde, et prétendre le contraire relève de l’angélisme. Mais de là à les rendre responsables de tout ce qui ne va pas dans notre pays, à en faire des boucs-émissaires, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir.

Nicolas Sarkozy a joué les présidents outragés à Bruxelles. Mais, il n’a pas invité un seul instant, l’Europe à trouver une solution pérenne au problème crucial des Roms. On a là plusieurs millions de personnes qui sont traitées comme des parias dans leur pays – la Roumanie et la Bulgarie – et l’Europe a le devoir impératif de trouver une solution à cette odieuse injustice. A quoi sert-elle donc, si elle n’est pas capable de se mobiliser pour faire respecter les plus élémentaires droits de l’homme ?!…

D’autre part, voici la cinquième loi sur l’immigration en sept ans ! De qui se moque-t-on ? Pendant combien de temps durera cette escalade de lois toujours plus sévères, qui caressent dans le sens du poil les xénophobes. Et précisons qu’on assiste depuis des années à une avalanche de lois dont la plupart ne voient jamais leurs décrets d’application !… Quel gâchis !…

Enfin, nos députés viennent de voter une loi sur la déchéance de la nationalité pour certains crimes. Du vent ! Est-ce que cela va diminuer un tant soit peu la criminalité et la violence ? Qui peut le croire ?!…

Voilà à quoi servent nos impôts. A engraisser des godillots et à établir des lois qui ne servent à rien, sinon à engranger des voix pour les élections suivantes ! C’est une honte ! Il faut le crier haut et fort !

C’est le soir…

Pour Mado et Roland

C’est le soir.
Il ne reste plus du soleil
qu’une longue et frêle traînée
qui brille sur la mer…
Là, tout près du rivage,
une barque de pêcheurs
attend dans l’ombre un nouveau matin…
Des nuages dansent dans le ciel,
insensibles au bruit de l’océan
et aux questions des hommes.
Dans un instant,
la nuit mystérieuse envahira tout
et les étoiles éternelles
enverront, à travers les nuages
leurs messages d’Espérance.
Ô merveilleux mystère d’un coucher de soleil
sur l’océan !
Miracle soir après soir
renouvelé
dans le grondement des vagues !

Retraites : proposition d’amendement

Je connais très mal les questions entourant les retraites et les réponses proposées par le Gouvernement.

Mais, j’ai du mal à comprendre l’hostilité des syndicats au recul de l’âge de départ en retraite. Cette hostilité me semble idéologique et démagogique. La durée moyenne de la vie s’étant considérablement allongée en l’espace de cinquante ans, la logique et le simple bon sens, me semble-t-il, sont qu’on rallonge la durée du temps de travail… Et 62 ans au lieu de 60 ans me semble une sage et juste mesure.

Et je l’ai déjà dit, le fond du problème, ce n’est pas de partir en retraite à tel ou tel âge – mis à part pour les travaux pénibles – mais c’est de pouvoir s’accomplir, se réaliser, dans sa vie professionnelle, de s’y sentir utile et d’y être reconnu. Pour moi, tout le problème est là. Et j’en veux pour preuve que certains cadres, passionnés par leur job, souhaitent partir en retraite le plus tard possible – souhait motivé par l’intérêt qu’ils portent à leur activité et non pas pour des raisons financières…

Il y a encore un autre problème que je voudrais évoquer, à propos de cette réforme et qui mériterait un amendement.

Les personnes qui n’auront pas tous leurs trimestres, devront partir en retraite à 67 ans au lieu de 65 ans aujourd’hui. Voilà qui risque de pénaliser beaucoup de femmes. Beaucoup parmi elles, en effet, connaissent de nombreux arrêts dans leur carrière et sont déjà victimes de salaires inférieurs à ceux des hommes pour les mêmes tâches. Les obliger à attendre 67 ans pour avoir une retraite à taux plein me semble donc profondément injuste.

Voilà ce que je voulais dire sur cette réforme. Une nouvelle fois, je ne prétends pas posséder toute la vérité. J’émets des opinions et je suis prêt à écouter d’autres avis s’ils sont sereinement et impartialement émis…