Dans la paix d’un cimetière militaire…

Cimetière militaire de la Doua
dans la paix d’un nouveau printemps

Là, dans le silence d’un cimetière militaire,
chrétiens et musulmans
dorment d’un sommeil paisible.

Une simple croix ou une simple stèle
se dresse sur un tapis d’herbe verte
caressé par le vent frais
d’un nouveau printemps.

Non loin, quelques tombes juives
et quelques tombes protestantes de soldats anglais
témoignent de cette fraternité retrouvée
dans l’Au-delà.

Dormez, mes frères, d’un sommeil tranquille.
Vous qui êtes tombés
pour la France, pour la Liberté et pour la Paix !

Donnez-nous la force,
l’intelligence et le cœur
de vivre fraternellement !
et de suivre le chemin d’Amour
que nous indique notre Dieu,
que nous l’appelions Christ, Allah
ou Jehova
ou que nous nous croyons
les fruits du seul Hasard.

N’attendons pas la mort sans retour
pour mettre un terme à nos vaines querelles

Tous ces morts emportés au printemps de la vie
et que les frissons d’un nouveau printemps
ne font plus frémir,
d’une seule et unique voix,
nous crient :
Plus jamais la guerre !

Combien sont-ils ?

Combien sont-ils ?
Leur nombre augmente d’heure en heure
et ne sera sans doute jamais connu.
Aux milliers de morts retrouvés
s’ajouteront les milliers de disparus…
Lourd sera le bilan de ce terrible séisme
qui a ébranlé le Japon ce 11 mars 2011
et de l’épouvantable tsunami qui l’a suivi.
Et à cela s’ajoute désormais
les menaces de catastrophe nucléaire
qui augmentent, elles aussi, d’heure en heure.

Cet enchaînement de catastrophes nous rappelle,
si nous l’avions oublié,
que la Nature est et restera toujours la plus forte.
Son ampleur, ses dizaines de milliers de victimes,
ses centaines de milliers de gens déplacés
qui ont tout perdu,
et tous ceux qui risquent d’être irradiés
nous invitent également à relativiser
l’insignifiance de nos petits malheurs quotidiens
et à mesurer notre chance.

Comment pourrions-nous encore nous plaindre
du mauvais temps de notre dernier week-end
ou du manque de neige de nos stations de ski ?…
Tout cela est si peu au regard des souffrances
de tout un peuple.
De ces vies brutalement emportées.
De ces proches dont on n’a pas
ou dont on n’aura plus jamais de nouvelles.
De toutes ces familles en quelques instants décimées.
De toute cette population guettée,
elle et ses enfants,
et les enfants de ses enfants,
par les pires maladies… !

Oui quelle chance avons-nous
d’être épargnés par tant de malheurs !
Remercions le Ciel
si nous y croyons
ou la Chance, le Hasard, notre bonne étoile !
Et pensons très fort dans notre cœur
aux terribles souffrances de nos frères du Japon !