Francois-Hollande rassembleur 2013-05-07En ce premier anniversaire de l’élection de François Hollande, je m’interroge sur la promesse du candidat : « Moi président, je serai un président rassembleur ».

Curieux rassembleur que ce président qui monte les ouvriers contre la patrons, les pauvres contre les riches – qu’il dit ne pas aimer mais dont il est entouré – qui divise les Français en imposant – au déni le plus complet de la démocratie – la loi sur le mariage pour tous, et qui réveille des ressentiments dans le monde combattant en faisant du19 mars , « la journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc», date controversée par la quasi-totalité des Associations d’Anciens Combattants, car si elle marque l’anniversaire des accords d’Evian – 19 mars 1962 – elle est loin de marquer la fin de la guerre d’Algérie.

Oui, François Hollande est un curieux rassembleur. Les patrons dans leur grande majorité sont des hommes qui ont le souci de leurs ouvriers et dont malheureusement notre gouvernement rend la vie de plus en plus difficile avec toutes les formalités et toutes les taxes auxquelles il les soumet.

Dois-je rappeler le nombre de personnes que font vivre les riches. Certains sont peut-être sans scrupules et peu soucieux des autres. Mais beaucoup ont acquis leur richesse honnêtement, grâce à leur travail, à leur intelligence, leur savoir-faire, et il est totalement injuste d’en faire des boucs-émissaires, des cibles pour la vindicte populaire, et de les spolier des trois quarts de leurs revenus.

En imposant la loi sur le mariage pour tous, François Hollande exacerbe les passions et pousse les personnes les plus tolérantes à l’homophobie. Il se mure dans une idéologie sectaire, s’enferme dans sa tour d’ivoire et ne respecte pas les appels des défenseurs de la famille. Il brise les fondements millénaires de notre société…

Quant au 19 mars, rappelons que le 19 mars 1962 ne peut en aucun cas être considéré comme la fin de la guerre d’Algérie. Ce qui devait être un cessez-le-feu a été le début du massacre de dizaines de civils vivant en Algérie, Harkis et leurs familles, Pieds-noirs, et de centaines de militaires français, assassinés par le FLN et ceux qui le soutenaient. Cette date qui n’est en aucun cas synonyme de paix est donc contestée à juste titre par la très grande majorité des Anciens combattants.

Voilà donc les prouesses de notre Président « rassembleur » !

Les chantres du mariage gay invoquent le droit à l’égalité homme-femme. Quelle bêtise !

L’homme et la femme ne sont pas égaux mais complémentaires.

La recherche de l’égalité en tout est un mythe et conduit aux plus grosses aberrations.

La nature nous a tous faits différents. Pour le sexe, pour les aptitudes physiques, pour les capacités intellectuelles, manuelles, etc. Et elle a voulu que la femme enfante et l’homme engendre.

Ce sont là des faits ne l’on ne saurait nier et l’égalité veut que nous nous enrichissions de ces différences en accordant à chacun un même respect.

L’uniformité est une source d’appauvrissement.

Ceux qui veulent imposer le mariage pour tous au nom de l’égalité, nient les lois de la nature et les différences fondamentales entre la femme et l’homme !

Nous avons tous un rôle à jouer sur cette terre et nous ne sommes pas clones interchangeables. Nous avons tous reçus – en naissant, par nos parents, notre entourage, notre éducation, etc. – des dons que nous devons cultiver et dont nous devons faire profiter la communauté.

Ce peut être le don de la parole, de l’écriture, du dessin, du chant, de la communication, de l’organisation, etc. Ce sont là des richesses complémentaires et qui doivent inspirer le respect.

Notre devoir, c’est de donner selon ce que nous avons reçu. Celui qui a peu reçu, donnera peu. Et celui qui a beaucoup reçu, beaucoup.

Dans une entreprise, il n’y a pas un grand patron et un petit ouvrier. Il y a deux hommes qui méritent la même considération, et qui participent tous deux à la vie et au succès de l’entreprise.

Le gouvernement a une curieuse conception des débats.

Pour moi débattre consiste à confronter diverses opinions sur un sujet donné et puis choisir, en son âme et conscience, l’opinion qui la plus juste.

Je m’interroge sur l’utilité du débat que nous propose le gouvernement à la fin du mois à l’Assemblée nationale à propos du mariage pour tous. C’est la plus totale hypocrisie dans la mesure où tous les députés de gauche auront pour consigne de voter pour cette loi !

Plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé aujourd’hui à Paris. Malgré une telle manifestation de masse, le gouvernement refuse un référendum sur cette question fondamentale pour notre société, et bafoue la démocratie !

Je le répète, le mariage a toujours consacré – et devra toujours consacrer – l’union d’un homme et d’une femme, et la Procréation Médicalement Assistée (PMA) a toujours eu pour but de permettre à un couple hétérosexuel de concevoir un enfant quand la nature ne leur permet pas.

Je demande à tous ces enragés du mariage pour tous quel lien de parenté unira demain deux enfants d’un couple d’homosexuelles qui auront chacun une mère différente, et chacun un père anonyme. On ne pourra donc même pas parler de demi-frères ou demi-sœurs !

Nous sommes avec cette obstination des socialistes en pleine folie furieuse, folie qui détruit les fondements de la famille et de notre société et que nos descendants nous reprocheront plus tard, sans pouvoir, hélas, réparer le mal irréversible qui aura été accompli par des idéologues iconoclastes dépourvus du plus élémentaire bon sens !

Incapable de trouver des remèdes aux terribles problèmes économiques de la France – et qui le serait ? – notre gouvernement fait diversion en remettant à l’ordre du jour le mariage des homosexuels.

La nature veut que, pour venir à la vie, un enfant ait besoin d’un père et d’une mère.

Je sais que toute référence à la nature n’est pas bonne à prendre. Par exemple, la nature a voulu que, pendant des millénaires, des gamines de 14 ou 15 ans, meurent en mettant au monde leur premier enfant. On ne saurait donc condamner les progrès faits par l’obstétrique sur la nature, et il en est de mêmes d’innombrables conquêtes de la médecine et de la science sur toutes les épreuves auxquelles nous condamnait une vie réduite l’état de pure nature.

D’aucuns affirment donc aujourd’hui que les mœurs – d’où vient notre mot « morale » – ont évolué, et qu’il n’y a plus de raison – si ce n’est du sectarisme, de l’intégrisme, du passéisme – pour que deux hommes ou deux femmes ne se marient pas et d’adoptent pas des enfants.

Personnellement, j’ai le plus grand respect pour les homosexuels, hommes ou femmes. S’ils éprouvent une attirance charnelle et de l’amour pour une personne de même sexe, je ne saurais les juger et encore moins les condamner comme ce fut le cas dans l’Europe des nazis.

Qu’ils bénéficient d’une protection de la loi pour pouvoir hériter des biens l’un de l’autre en cas de décès, cela ne me choque pas.

Mais qu’ils puissent se marier et adopter des enfants, je dis non et non.

Le mariage consacre l’union d’un homme et d’une femme, et leur faculté à procréer, ce qui n’est pas le cas des homosexuels. Ces derniers ont le Pacs pour sceller leur union.

Quant aux enfants, ce ne sont pas des objets qu’on s’offre pour satisfaire des désirs personnels. Quel modèle, quelle référence auront des enfants élevés par deux hommes ou par deux femmes qui ne sont ni leur père, ni leur mère ? A qui vont-ils s’identifier ?…

Je ne dis pas que certains couples d’homosexuels ne soient pas capables de bien s’occuper, de s’occuper avec amour d’enfants. Et même certains s’en occuperont parfois mieux que des couples hétérosexuels.

Mais je dis qu’une telle situation n’est pas un bien. Tout enfant a besoin de racines. De racines spirituelles et aussi charnelles. Or, tôt au tard, l’absence de racines charnelles créera un vide, un manque.

L’enfant voudra savoir d’où il vient. Voudra connaître ses origines. Et alors il se trouvera né de mère porteuse, ou de père par procuration, et ne pourra pas reconstituer une filiation. C’est là pour moi un mal.

Pour finir, je pense que cette question est trop grave pour être expédiée en une séance de vote à l’Assemblée nationale. Elle devrait faire l’objet d’un comité d’éthique composé de médecins, de théologiens de toutes confessions, de philosophes, et de scientifiques ne dépendant absolument d’aucune autorité de tutelle et rendant donc leurs avis en totale indépendance.

Je redis enfin – ce que j’ai déjà dit dans de précédentes chroniques – que je trouve vraiment paradoxal l’entêtement des homosexuels à vouloir se marier à tout prix à l’heure où un mariage sur deux se termine par un divorce !…

 

François Hollande, nous avait promis une présidence « normale ».

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça commence mal !

Que l’on considère sa compagne, Valérie Trierweiler, comme journaliste ou comme Première Dame de France, dans les deux cas, elle manque à ses devoirs.

Une journaliste a pour mission d’informer et non de prendre parti. Elle n’a donc pas à encourager publiquement tel ou tel candidat aux législatives.

La Première Dame de France est tenue à un devoir de réserve. Ce n’est pas elle qui a été élue à la tête de l’Etat et elle n’a, en aucun cas, pas à émettre des opinions à la place du Chef de l’Etat, et encore moins quand ces opinions sont contraires à celles de ce dernier.

Qu’y a-t-il de « normal » dans cette présidence ? Un Président dont l’ex-compagne brigue le quatrième poste de l’Etat avec la présidence du « perchoir », et l’actuelle compagne qui fait tout pour l’en empêcher !…

Je sais que nous sommes à l’heure des « compagnes » et des « compagnons », à l’heure où les mariages se défont plus qu’ils ne se font, à l’heure des divorces où les seuls à vouloir à tout prix se marier sont les homosexuels, à l’heure des familles que j’appellerai plus décomposées que recomposées.

Je ne porte aucun jugement sur tout cela. Mais je trouve profondément regrettable que la vie privée du Chef de l’Etat, de l’homme qui représente et incarne la France, ternisse si lamentablement notre pays.

On assiste, pour parler vulgairement, à des querelles de « bonnes femmes » qui déshonorent la France et qui dévoilent une présidence qui n’a vraiment rien de « normal » !…