Onze morts et 29 disparus, tel est le bilan à ce jour du naufrage du Costa Concordia, près de l’île de Giglio en Italie.

Il appartiendra à la Justice de faire toute la lumière sur ce drame et de prendre les sanctions qui s’imposent.

Mais, d’après les informations rapportées par les médias – qui demandent toujours à être prises au conditionnel – je trouve bien légère la peine de 12 ans seulement de prison encourue par le capitaine.

Non seulement il s’est trop approché de la côte – pour faire plaisir à un serveur ? – il aurait tardé à donner l’alerte à la capitainerie de Livourne, il n’aurait pas organisé l’évacuation, mais surtout il semble avoir été un des premiers à quitter le navire alors que, lors d’un naufrage, le capitaine d’un navire doit être le dernier à le quitter.

Il s’agit là d’une faute gravissime. La gravité d’une telle faute, le nombre de morts et de disparus mériteraient – à chaud – la perpétuité.

Il appartiendra à une Justice sereine et sans passion, de faire toute la lumière sur ce drame et prononcer des peines équitables.

Il conviendra notamment à la compagnie d’expliquer pourquoi le personnel à bord était composé d’une vingtaine de nationalités différentes – très probablement sous- payées – et incapables de coordonner l’évacuation du bateau…

Comme dans toute catastrophe, il y a les lâches et les héros. Citons, entre autres, ce commissaire de bord qui aurait sauvé des dizaines de passagers, puis serait tombé dans un restaurant inondé, et aurait été secouru 36 heures après le naufrage…

Le capitaine du navire a survécu au naufrage. Personnellement, je préfèrerais une mort héroïque et glorieuse, à une vie entachée à jamais de la honte de ne pas avoir accompli son devoir et d’avoir abandonné lâchement passagers et équipage.

Une correspondante me fait observer combien il est « dur » de qualifier de « belle mort », la mort des deux jeunes otages du Niger. Elle ajoute que s’ils n’ont connu ni la vieillesse, ni la maladie, ils n’ont pas connu non plus « la gloire ». Voire…

Si la vie éternelle consiste à laisser son souvenir gravé le plus longtemps possible dans la mémoire des hommes, ces deux jeunes laisseront certainement une longue trace dans la mémoire de leurs descendants…

Me souviendrais-je encore d’un de mes grands-oncles – mort en 1915, à trente-sept ans – s’il n’était pas mort si tragiquement pendant la Grande guerre ? Bien sûr cette mort a été dramatique – comme celle de tous les hommes tués dans l’absurdité de toutes les guerres – elle a fait verser bien larmes et on aurait préféré une mort naturelle au soir d’une longue vie… Mais quelque part, cette mort a donné à ce grand-oncle une sorte d’immortalité et sans elle, je n’irais pas me recueillir sur sa tombe, quatre-vingt-quinze ans plus tard…

Homère, voici trente siècles, a déjà répondu à toutes nos questions avec les réflexions du guerrier Achille au croisement du Destin :

Deux destins vont, m’emportant
vers la mort qui tout achève.
Si je reste à me battre autour de la ville de Troie,
c’en est fait pour moi du retour.
En revanche une gloire impérissable m’attend.
Si je m’en reviens, au contraire,
dans la terre de ma patrie,
c’en est fait pour moi de la noble gloire.
Une longue vie, en revanche, m’est réservée
et la mort, qui tout achève,
de longtemps ne saurait m’atteindre.
Iliade IX, vers 411 sq.

Et plus tard, quand Ulysse interroge Achille aux Enfers, ce dernier prononce ces mots désabusés :

Ne cherche pas à m’adoucir la mort, ô noble Ulysse !
J’aimerais mieux être sur terre, domestique d’un paysan,
Fût-il sans patrimoine et presque sans ressources
Que de régner ici parmi ces ombres consumées.
Odyssée XI, vers 487 sq.

Ces questions sur la vie, la mort et la gloire sont vieilles comme le monde. Et bien évidemment, je préférerais qu’Antoine de Léocour et Vincent Delory soient encore en vie et libres, et qu’ils puissent continuer à donner le meilleur d’eux-mêmes à l’humanité. Mais, la folie des hommes et en même temps le Destin en ont décidé autrement. Alors j’essaie de trouver un motif d’apaisement à ce drame si terrible tout en condamnant sans ambiguïté les fous de Dieu qui en sont à l’origine.