Il est facile, quand on n’est pas concerné directement par un problème, d’avoir des opinions tranchées et sans appel. Ainsi en est-il de l’euthanasie dont le Sénat doit discuter à nouveau ce 25 janvier.

Le respect sacré que nous devons avoir pour la vie, pour toute vie, nous invite à condamner une telle pratique. Et d’ailleurs, l’euthanasie est un mal moderne, une rançon de la civilisation. Dans la Préhistoire, nos lointains ancêtres prenaient soin des membres handicapés de leur communauté. On a trouvé, voici quelques années, dans la grotte de Shanidar, au Turkestan, les vestiges de neuf néandertaliens. L’un d’eux, portait des marques de blessures graves. Seule la solidarité des hommes de son clan lui permit de survivre. Ces derniers auraient pu l’abandonner ou le tuer. Ils ne l’ont pas fait et nous donnent un bel exemple de solidarité à l’aube de l’humanité.

Le problème se pose, en fait, avec acuité depuis que la médecine peut reculer indéfiniment la mort, et la frontière entre acharnement thérapeutique et euthanasie est ténue.

Si une personne endure des souffrances physiques et morales qu’on ne peut adoucir, dont on sait que son mal est incurable et qu’elle ne vit que par des subterfuges artificiels, si cette personne a encore sa conscience et demande à mourir, ou si elle n’a plus sa conscience mais a manifesté la volonté de mourir quand elle serait dans un tel état, faut-il dans une telle situation tout faire pour la maintenir en vie ?…

La question est tragique et ne peut obtenir qu’une réponse collégiale : celle de l’équipe médicale qui la soigne (médecins et infirmières) et celle de la famille. Ce n’est qu’au terme d’un accord entre tous qu’on peut accepter – à mon avis –de mettre un arrêt à ce qui n’est qu’une survie. Mais, l’acte est grave et ne doit en aucun cas être banalisé.

Mais attention à ne pas tomber dans l’euthanasie de confort, à celle qui consiste à donner la mort parce que le malade devient une charge trop lourde pour les proches et pour la société, ou – le danger est réel – parce que les héritiers sont pressés de toucher l’héritage !…

La souffrance fait partie de la vie, il faut tout faire pour l’atténuer, mais savoir aussi l’accepter. La personne qui souffre, qui est profondément diminuée physiquement et intellectuellement, reste un personne humaine et a droit au respect de tous.

Et puis attention aussi – le danger est grand – aux dérives d’eugénisme. Les horreurs des nazis – qui supprimaient les handicapés, les homosexuels, ceux qu’ils appelaient les « sous-hommes » – doivent rester dans toutes les mémoires.

Pour résumer, la sagesse, je crois est de dire non à l’acharnement thérapeutique, dans des cas bien précis et bien cadrés, et non aussi à l’eugénisme. Que l’on soit croyant ou non, la Vie est quelque chose de sacré et son respect doit toujours primé, quelles que soient les peines, les souffrances qu’il nous impose.

L’euthanasie s’apparente au désespoir et jusqu’au bout une vie a du prix pour les autres. Et le problème de l’euthanasie est peut-être surtout celui de la souffrance. Une fois la souffrance supprimée, les demandeurs y renoncent la plupart du temps…

Et finalement, ce qui importe le plus, ce serait que le malade en fin de vie puisse être entouré par des proches ou des infirmières ayant du temps à lui consacrer – ce qui n’est hélas plus le cas dans nos hôpitaux qui ne sont maintenant que des entreprises n’ayant qu’un seul but, la rentabilité ! – et qu’il puisse choisir, quand sa vie n’est plus qu’un fil ténu, le moment de sa mort.

Quelle belle mort pour moi, que celle de cet oncle âgé de quatre-vingts ans, hospitalisé pour des problèmes cardiaques, veillé par son épouse et ses enfants, qui un soir ou un matin – je ne sais plus – dit simplement à son épouse : « C’est fini. » et s’est éteint sereinement au même moment. Il avait choisi lui-même, l’heure où retourner dans l’Eternité.

Je sais combien il est difficile de parler de tout cela sans passion, et une fois encore, je ne prétends pas détenir La Vérité. Il y a dans ce domaine que des cas particuliers qui doivent être examinés avec sagesse et humanité, mais aussi sans complaisance.

Une correspondante me fait observer combien il est « dur » de qualifier de « belle mort », la mort des deux jeunes otages du Niger. Elle ajoute que s’ils n’ont connu ni la vieillesse, ni la maladie, ils n’ont pas connu non plus « la gloire ». Voire…

Si la vie éternelle consiste à laisser son souvenir gravé le plus longtemps possible dans la mémoire des hommes, ces deux jeunes laisseront certainement une longue trace dans la mémoire de leurs descendants…

Me souviendrais-je encore d’un de mes grands-oncles – mort en 1915, à trente-sept ans – s’il n’était pas mort si tragiquement pendant la Grande guerre ? Bien sûr cette mort a été dramatique – comme celle de tous les hommes tués dans l’absurdité de toutes les guerres – elle a fait verser bien larmes et on aurait préféré une mort naturelle au soir d’une longue vie… Mais quelque part, cette mort a donné à ce grand-oncle une sorte d’immortalité et sans elle, je n’irais pas me recueillir sur sa tombe, quatre-vingt-quinze ans plus tard…

Homère, voici trente siècles, a déjà répondu à toutes nos questions avec les réflexions du guerrier Achille au croisement du Destin :

Deux destins vont, m’emportant
vers la mort qui tout achève.
Si je reste à me battre autour de la ville de Troie,
c’en est fait pour moi du retour.
En revanche une gloire impérissable m’attend.
Si je m’en reviens, au contraire,
dans la terre de ma patrie,
c’en est fait pour moi de la noble gloire.
Une longue vie, en revanche, m’est réservée
et la mort, qui tout achève,
de longtemps ne saurait m’atteindre.
Iliade IX, vers 411 sq.

Et plus tard, quand Ulysse interroge Achille aux Enfers, ce dernier prononce ces mots désabusés :

Ne cherche pas à m’adoucir la mort, ô noble Ulysse !
J’aimerais mieux être sur terre, domestique d’un paysan,
Fût-il sans patrimoine et presque sans ressources
Que de régner ici parmi ces ombres consumées.
Odyssée XI, vers 487 sq.

Ces questions sur la vie, la mort et la gloire sont vieilles comme le monde. Et bien évidemment, je préférerais qu’Antoine de Léocour et Vincent Delory soient encore en vie et libres, et qu’ils puissent continuer à donner le meilleur d’eux-mêmes à l’humanité. Mais, la folie des hommes et en même temps le Destin en ont décidé autrement. Alors j’essaie de trouver un motif d’apaisement à ce drame si terrible tout en condamnant sans ambiguïté les fous de Dieu qui en sont à l’origine.

Perdre un enfant est sans doute l’épreuve la plus terrible que puissent connaître des parents sur cette terre. Aussi, je mesure la peine des parents d’Antoine de Léocour et de Vincent Delory, les deux otages français qui viennent de trouver la mort au Niger, la peine de leurs familles, de leurs proches, et la peine de Rakia Hassan Koukia qui devait épouser Antoine de Léocour ce samedi 15 janvier. Quelle horrible mort !

Je ne polémiquerai pas pour savoir si ces deux otages ont été tués par leurs ravisseurs – version officielle – ou par les balles des soldats qui ont essayé de les délivrer. Il fallait prendre une décision, et qui sait pendant combien de mois ils auraient croupi dans une geôle infâme si on avait laissé leurs ravisseurs prendre la fuite. Mois de souffrances cruels, pour eux et pour tous leurs proches. Mois de silence, habité d’un espoir ténu au terme duquel les ravisseurs auraient peut-être fini, comme il arrive souvent, hélas, par exécuter leurs otages…

Je constate que ces deux otages ont été pris au hasard. Mais je remarque, une nouvelle fois, l’injustice du sort, l’absurdité de ces fanatiques qui s’en prennent aux hommes et femmes de cœur, généreux, venus mettre leurs connaissances et leurs compétences au service des plus pauvres. Antoine de Léocour – comme Michel Germaneau voici quelques mois – faisait partie d’une ONG française d’aide médicale internationale et luttait contre la misère qui touche tant de gens dans notre monde.

Oui, ces deux morts me révoltent. Elles sont profondément injustes et rien ne saurait les justifier. Mais, je pense au dialogue du grand sage Solon avec le roi Crésus, célèbre pour ses richesses, voici deux mille six cents ans.

« Quel est selon toi l’homme le plus heureux de la terre ? demanda le roi, persuadé que c’était lui avec toutes ses richesses. »

« Cléobis et Byton, répondit Solon. »

Il s’agissait là de deux jeunes hommes qui, les bœufs n’arrivant pas à temps, tirèrent le char de leur mère, sur plusieurs kilomètres, jusqu’au sanctuaire de la déesse Héra. Tous furent en admiration devant leur exploit et leur mère pria la déesse d’accorder à ses fils le plus grand bonheur que puisse obtenir un mortel. Alors, nous dit Hérodote qui nous rapporte cette histoire, « Après cette prière, les jeunes gens sacrifièrent et prirent part au banquet, puis ils s’endormirent dans le sanctuaire même, et ils ne se réveillèrent plus – ce fut là le terme de leur vie. »

Cela pour dire qu’Antoine de Léocour et Vincent Delory, ont rejoint le firmament, sans avoir connu la maladie, ni la vieillesse. En donnant le meilleur d’eux-mêmes. En laissant l’image de deux jeunes gens généreux, enthousiastes, cultivant ce qu’il y a de meilleur dans l’homme.

Alors ? Bien sûr, cette mort injuste est prématurée. Elle nous révolte, moi le premier. Mais, si l’on dépasse l’instant éphémère et si on se situe dans la courbe du destin, cette mort n’est-elle pas, pour ces deux jeunes, une belle mort ?… Cela ne m’empêche pas, bien évidemment, de partager la tristesse et la peine de leurs parents et de tous leurs proches…

La mort de cette jeune maman
sur laquelle j’ai écrit quelques lignes hier
et son fils âgé de trois ans
qui est resté près d’elle pendant deux ou trois jours
croyant qu’elle dormait,
me font penser à la mort de ce jeune enfant,
tombé dans un puits et dont un poète grec a rapporté l’histoire,
voici 23 siècles !

Agé de trois ans, alors qu’il jouait autour d’un puits,
Archianax fut attiré par la vaine image de ses traits.
La mère retira son enfant mouillé hors de l’eau
et chercha s’il avait encore un souffle de vie.
Mais le bambin n’avait pas souillé le séjour des Nymphes.
Endormi sur les genoux de sa mère,
il dort d’un long sommeil.

La fin fait penser à la dernière strophe du Dormeur du Val
d’Arthur Rimbaud :

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Epigramme de Posidippe ou de Callimaque
(Anthologie Palatine – Epigrammes funéraires – p.170)

En ces jours où l’on vient de fêter Noël
qui voudrait être la fête de la joie et de l’Espérance,
où l’on échange des vœux avec ses proches,
et où les longues nuits d’hiver commencent à raccourcir
je songe à ce petit garçon de trois ans,
qui est resté deux ? trois jours ?
près de sa maman emportée par une rupture d’anévrisme.
« Maman dort » a-t-il dit à son grand-père
qui appelait au téléphone.
Quelle tristesse !
S’il est vrai que la mort n’est qu’une nuit de sommeil
un peu plus longue que les autres
sans rêves ? et sans réveil,
et que les cimetières sont les « lieux où l’on dort »,
comme il est cruel de perdre si jeune, une maman !
Oui, que la vie est cruelle !
A ce petit garçon,
à ces grands-parents,
qui ne liront sans doute jamais ces lignes,
je voudrais dire simplement
toute mon affection
toute ma communion de pensée.
Et, si la pensée pour celui qui doute
a les mêmes pouvoirs que la prière pour le croyant,
je voudrais qu’elle atteigne miraculeusement
cet enfant et ces grands-parents,
et dépose sur leur cœur meurtri
un peu de chaleur
un peu d’apaisement.