Capture2015-09-03 Aylan

 

Pauvre petit enfant,
Couché sur sable,
Le visage effleurant l’écume.
Tu dors d’un long somme,
Dans l’innocence de tes trois ans.

Tes parents ont fui la guerre et ses horreurs
Et – hélas ! – le bateau qui devait vous conduire vers la Liberté
a chaviré, et vous a emporté dans la mort,
Ton frère de cinq ans, ta maman de 27 ans et toi.
Seul, ton papa a survécu.

Ta photo fait le tour du monde,
Et déclenche une émotion
Souvent tardive,
Et peut-être trop facile.

Des centaines d’enfants,
Comme toi, meurent depuis des mois
Dans des naufrages en mer
Dans, sinon l’indifférence,
Du moins la passivité et le fatalisme
Du plus grand nombre.

Que faudra-t-il donc pour enrayer
L’absurdité et la stupidité des guerres
Et la mort de tous ceux qui n’aspirent qu’à vivre en paix ?

Pauvre petit enfant !
Emporté à jamais avec les rêves de tes trois ans !
Les bonnes âmes crient « Plus jamais ça » !
Mais que pouvons-nous faire ?!…
Sinon prier pour qu’un souffle d’Amour
Balaie notre pauvre terre
Et donne à tous les mortels que nous sommes,
Un peu de sagesse !

Dors, petit enfant !
Qui auras traversé si rapidement cette vie,
Et n’en auras connu que la mort injuste et prématurée.

Ami lecteur, tu ne le sais sans doute pas
Mais la ville de Bodrum,
Sur la plage de laquelle a été retrouvé
Ce jeune Kurde Aylan Kurdi,
S’appelait dans l’Antiquité Halicarnasse,
Et vit naître, voici 25 siècles,
Un certain Hérodote, le « père de l’Histoire »,
Dont les livres font le bonheur des historiens de tous les temps.
Que restera-t-il des dizaines de milliers chroniques quotidiennes
De nos journalistes dans vingt-cinq siècles ?!…
Qui se souviendra de ce jeune enfant
Qui aura traversé la vie comme une étoile filante ?!…
Que diront de nous, nos descendants ?
Pourront-ils croire que nous étions « civilisés » ?…

 

 

Avertissement :

J’ai beaucoup hésité avant de publier cette chronique, rédigée dimanche dernier. J’avais peur de blesser les Juifs. J’ai conscience de l’horreur sans nom du génocide dont ils ont été victimes. Je perçois leur hantise que de telles atrocités ne se renouvellent, et je comprends le parallèle, en raison d’un certain laxisme ambiant, qu’ils font avec les années trente qui ont précédé ce drame, unique dans l’histoire par son ampleur.

Oui, tout cela je le comprends. Mais, on le lira dans cette chronique, je reproche à l’orateur qui a rappelé ces faits lors de cette cérémonie, à Lyon, de n’avoir eu aucun mot, aucune parole, pour les autres victimes, hier et aujourd’hui, de la folie des hommes.

J’ai bien peur que l’humanité ne soit condamnée à jamais à vivre dans la violence. Et cependant nous pouvons, chacun d’entre nous, là où nous sommes, refuser la fatalité de cette violence et être les messagers de la Paix.

Ce n’est pas en ressassant le passé, en nous plaçant en victimes uniques, exclusives que nous construirons ce monde plus fraternel auquel nous aspirons tous.

A l’issue de la cérémonie, un porte-drapeau m’a dit ceci : « Ils n’ont que la haine, à la bouche ! » Or, la haine, la rancœur, la rancune ne sont jamais porteuses de paix.

Cérémonie du 25 janvier à Lyon :

Il fait froid, en ce dimanche 25 janvier, place Bellecour, à Lyon, où nous commémorons le 70ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau. Le vent du nord fouette les visages. Mais comment pourrions-nous nous plaindre, quand nous pensons à toutes ces victimes innocentes – hommes, femmes, enfants – qui ont été exterminées dans ce camp pour le seul crime d’être juifs ?!…

Oui, souffrir du froid et du vent, le temps d’une cérémonie, n’est rien à côté de toutes ces souffrances innommables de six à sept millions de Juifs morts en déportation.

Il faut garder en mémoire ces crimes et tout faire pour éviter leur retour. Mais…

Mais j’avoue être surpris et contrarié par le discours enflammé du Président de l’Amicale des déportés d’Auschwitz et des camps de Haute Silésie. En un mot, il reproche à nos responsables politiques une certaine inertie face à l’augmentation des actes antisémites. Ils les accusent de ne pas prendre la mesure de la gravité de la situation.

Je comprends son inquiétude. Il est lui-même un rescapé de ce camp de la mort. Il est donc bien placé pour parler de tout cela.

Mais je regrette qu’il ne prêche que pour sa paroisse, que pour les Juifs, et qu’il se limite aux victimes juives de la barbarie nazie.

Je regrette qu’il n’ait eu pas le moindre mot pour les tziganes, les homosexuels, les handicapés, moins nombreux certes que les Juifs, mais qui ont connu le même sort.

Je regrette qu’il n’ait pas eu le moindre mot non plus, pour tous les ennemis du Reich, rayés du monde des vivants, et dont il ne reste que les ombres errantes emportées dans l’anéantissement des camps « Nuit et brouillard ».

Oui, j’aurais aimé que notre orateur en colère évoque ces victimes innocentes que je viens de citer. Qu’il évoque aussi le génocide dont ont été victimes un million et demi d’Arméniens, en 1915.

Et j’aurais aimé qu’il ait une pensée, un mot seulement, pour toutes les victimes de la folie des hommes et des guerres, dans notre monde d’aujourd’hui.

Un mot pour ces vingt millions – oui, je dis bien, vingt-millions ! – de réfugiés qui vivent – ou survivent – dans l’inconfort et la précarité de tentes de fortune, glaciales ou étouffantes, selon les pays et les saisons.

Un mot enfin pour ces cent mille chrétiens qui meurent chaque année pour leur foi.

Les Juifs ont connu l’enfer – c’est indéniable – mais ils ne sont pas les seules victimes, hélas, de la folie et de la barbarie des hommes.

Aujourd’hui, nous sommes tous – Juifs, chrétiens, musulmans, athées, simples citoyens du monde– menacés par un terrorisme aveugle et sans pitié.

Ne ressassons pas un passé dont nous ne pouvons rien changer, mais regardons l’avenir avec confiance. Tournons notre regard vers la pureté du ciel et puisons notre Espoir dans le vol des colombes porteuses des rameaux d’olivier, des rameaux de la Paix !

Oui, ce monde fraternel nous nous rêvons tous est possible. Il ne dépend que de nous !

Qu’est devenue la Lumière
Des noëls lointains de mon enfance ?
Qu’est devenue l’Espérance,
Née voici deux mille ans
Sur la terre de Judée ?…

Le monde semble emporté
Dans un hiver sans retour,
Et les hommes pris à jamais
D’une funeste folie.

Ce Royaume annoncé par Jésus
Sur les chemins de Galilée,
Ne serait-il donc qu’un rêve
Pour enfants attardés ?…

L’Amour, la Justice et la Paix?
Ne sont-ils donc que des illusions
Pour quelques idéalistes
Coupés des réalités ?…

Non ! Je veux croire au message
Des noëls de mon enfance.
Je vois croire en l’Espérance
Qui brille dans la nuit.

Non ! Le Royaume annoncé
Voici deux mille ans n’est pas un rêve.
Il est là. Il est en nous.
Il ne dépend que de nous.

L’Amour, la Justice et la Paix
Ne sont pas morts.
Il nous appartient de les semer
Autour de nous et d’en inonder
Le monde incrédule.

Jésus nous a montré le chemin.
A nous de le suivre !
« Aimez-vous les uns les autres
Comme je vous ai aimés. »
Dans cet unique commandement
Se trouve la clé de tous nos problèmes.

L’Amour peut tout,
Ou presque tout.
Il ne supprime pas la souffrance,
Mais il la rend plus supportable,
Et surtout il met fin
A tous les conflits, à toutes les guerres
Qui déchirent la terre.

L’Amour construit,
L’Amour rapproche,
L’Amour pardonne,
L’Amour libère.

Alors semons, semons,
L’Amour autour de nous.
Semons sans compter,
Sans rien attendre,
Et fleuriront dans un arc en ciel
La Justice et la Paix.

Vous qui êtes seuls
Dans la nuit de l’hiver.
Vous qui n’avez plus de famille.
Vous chez qui personne
Ne viendra frapper à la porte
La nuit de Noël,

Ne désespérez pas !

« Sans l’Espérance,
On ne trouve pas l’inespéré » !

Une étoile brille au cœur
Des nuits les plus profondes.
Vous ne la voyez pas ?
Qu’importe !
Elle est là.
Elle accompagne l’humanité
Depuis la nuit des temps.

Sa lumière illumine nos cœurs.
Le Royaume est proche.
Il est en vous.
Laissez-vous porter
Par la formidable Espérance de Noël !
Elle rend tout possible,
Même l’impossible.

Quels idéaux notre société propose-t-elle à nos jeunes, hormis l’argent, le sexe, la drogue, les matchs de foot ?…

Les scandales qui éclaboussent chaque semaine le monde politique, quels que soient les partis, des plus petites aux plus hautes sphères, les détournent de la foi en notre patrie et les poussent à la stérilité de l’individualisme ambiant.

Aussi, j’applaudis des deux mains et félicite grandement le Général Pierre Chavancy, Gouverneur militaire de Lyon, et le lieutenant Michel Auvert, chef de section au 92e RI, d’avoir donné une conférence le jeudi 23 octobre, aux étudiants en droit et en sciences politiques, à la Faculté Jean-Moulin à Lyon. Conférence à laquelle j’ai eu la chance d’assister.

L’amphithéâtre – de 450 à 500 places – était plein, si bien qu’une vidéo-conférence eut lieu en même temps dans l’amphithéâtre voisin. C’est dire l’intérêt que portent tous ces jeunes à notre armée.

Le Général Chavancy a décrit, avec une grande clarté, l’éventail des missions confiées à l’armée, à l’intérieur et à l’extérieur, et a dévoilé toute la chaîne de décision, du Président de la république, Chef des armées, au simple soldat.

Il a insisté sur la nécessité « d’apprendre et de comprendre » et sur l’importance capitale de connaître l’histoire et la géographie. Les découpages, aujourd’hui, de certains territoires, les conflits régionaux, prennent leurs racines dans un passé qu’il est impératif de connaître.

Il a montré que le soldat est au service de la Paix et qu’il ne prend jamais plaisir à tuer – même si l’ennemi qui est en face de lui est un « salopard ». Le but n’est pas de « flinguer un salopard », mais de tout faire pour éviter qu’un « salopard » mettre en péril toute la population. De tout faire pour que les populations des territoires où il intervient, puissent vivre en paix dans un Etat de droit.

Il a rappelé que l’armée intervenait toujours dans un cadre légal, à la demande de l’ONU et à l’appel de gouvernements démocratiquement élus, pour rétablir la paix entre les hommes.

Ancien chef des forces françaises en Afghanistan, il a expliqué que le drame de ce pays provenait de la suppression, par les Russes, puis par les Talibans, des cultures vivrières remplacées par la culture du pavot. Une des missions de nos hommes, entre autres, était de sécuriser le pays pour ramener les populations aux cultures vivrières.

On était loin, là, des clichés trop souvent diffusés de va-t-en-guerre et de têtes brûlées.

Le lieutenant Michel Auvert, 32 ans, rentré dans l’armée après un cursus universitaire de haut niveau, a retracé la vie de sa section, 40 hommes, en opération pendant un mois au Mali. La moyenne d’âge des soldats et sous-officiers sous ses ordres est de 23 ans, et la moitié ont le bac.

Il a insisté sur le « savoir être » qui demande le plus grand respect pour tous les personnes que les soldats sont appelés à rencontrer. Sur l’importance du plus petit geste – comme porter la main à son arme – qui peut avoir des répercussions dramatiques pour toute la suite des opérations. Et il a insisté également sur le « savoir-faire », c’est-à-dire sur la connaissance et la maîtrise parfaites de son métier, du combat spécifique en plein désert où la température peut s’élever à plus de 50 degrés le jour et descendre la nuit à seulement 30 ou 40 degrés. Il faut alors boire 10 à 15 litres d’eau par jour, et être accompagné d’une logistique sans faille.

Avec sa section, il a parcouru pour rejoindre le Mali 5 000 kms en bateau, 3 000 kms en camion, et fait sur le terrain 2 000 kms à pied.

Il précise que tout le monde ne peut pas faire ce métier et que les militaires passent des tests sévères pour voir, entre autres, s’ils peuvent rester opérationnels sans avoir dormi pendant trois ou quatre jours et nuits de suite.

Le lieutenant Michel Auvert et ses hommes ont participé à des réunions de réconciliation. Ils ont eu la satisfaction de voir la réinstallation du gouverneur de Gao et la réouverture du marché.

Au terme de sa mission, la section a bénéficié d’un temps de décompression. Séjour de trois jours dans un hôtel cinq étoiles à Chypre où tous ont goûté le bonheur de pouvoir prendre des douches dont ils ont été privés, de pouvoir dormir dans un lit et sans arme à ses côtés, etc. Puis c’est le retour en France avec une permission de trois semaines, au terme de laquelle la section peut être rappelée à tout moment pour une nouvelle mission.

Les règles d’engagement et de déclenchement des tirs sont strictement encadrées. Et le général Chavancy a toujours dit à ses hommes : « Ne faites jamais rien que vous ne puissiez raconter le soir à vos petits-enfants » ce qui résume bien la sagesse de nos soldats.

A la fin de conférence, la parole est donnée aux étudiants.

A une étudiante qui l’interroge sur la baisse des effectifs de 36 000 hommes d’ici 2019, il répond que le livre blanc de l’armée a été fait en concertation avec les responsables politiques, et que la puissance de notre armée ne sera pas affectée par cette diminution, mais simplement qu’il faudra se retirer de certains théâtres d’opérations extérieures.

A un étudiant qui lui demande quelle est la pertinence de la dissuasion nucléaire, il rappelle qu’un automobiliste peut rouler sans assurance, mais qu’il en découvrira l’utilité le jour où il aura un accident. Et il sera alors trop tard, hélas. Il faut donc essayer de se prémunir contre tous les dangers, et il est des dangers que personne ne voit venir. Il rappelle à ce sujet que seule Hélène Carrère d’Encausse avait prédit la chute du mur de Berlin et que personne ne l’a crue alors…

Une étudiante l’interroge sur la présence des femmes dans l’armée, il répond qu’il n’y a aucune discrimination pour qu’elles en fassent partie. L’armée de terre compte 12% de femmes dans ses rangs. Le 92° RI, 5%. Sans être machiste, le général déclare avec humour que, s’il se trouve pris dans un coup dur, il préfère être appuyé par « six gaillards bien musclés », mais s’il se trouve blessé sur un brancard, il appréciera davantage le sourire d’une jeune femme.

Que retenir de tout cela ? Que notre armée et nos soldats sont l’émanation du peuple français et sont au service de la nation. Que si nous avons la chance de vivre aujourd’hui dans un pays libre et en paix, c’est parce que nos anciens ont accepté de faire, quand il l’a fallu, le sacrifice de leur vie et que nos soldats, aujourd’hui, acceptent de risquer – et donnent encore s’il le faut – leur vie pour notre sécurité.

Cet héritage, n’est jamais définitivement acquis, et il appartient aux jeunes générations de s’engager pour le défendre.

L’armée est un chemin, mais il n’y pas qu’elle. Il y a mille façons d’être utile à la France et au monde. Le mot patrie semble à beaucoup suranné, désuet. N’oublions pas sa valeur. L’Amour de France nous concerne tous et nous invite à sortir de cet individualisme dans lequel la société contemporaine veut nous enfermer.

Si j’en juge par les applaudissements qui ont suivi vos interventions, mon Général et mon lieutenant, je pense que vos messages ont été reçus 5 sur 5. MERCI pour votre engagement et pour vos témoignages.

2014-09-09 débarquement Normandie

 

 

 

 

 

 

Sous un ciel chargé de nuages, le vétéran contemple l’océan et ses vagues qui,
depuis des millions d’années et pour des millions d’années encore,
viennent s’écraser sur la plage sauvage…

Là, il y a un soixante-dix ans – une infinitésimale fraction de seconde dans l’histoire de l’Univers ! –
il débarquait avec les soldats de la plus grande armada de tous les temps !
Il pense à tous ses camarades disparus dans les flots au cours de l’opération,
Ou abattus au moment où ils touchaient le rivage.
Des hommes, au printemps de la vie, comme lui, fauchés, emportés pour toujours avec leurs rêves,
leurs espoirs, les amours de leurs vingt ans…

Une indicible tristesse l’envahit. Pourquoi, oui pourquoi, tous ces morts ?!…
La vie est courte. Si courte. Avec ses peines, ses souffrances inévitables, ses chagrins,
alors pourquoi rajouter l’horreur, la barbarie, la violence des guerres et leurs déchirures
que rien ne peut effacer, pas même le temps ? Le temps qui pourtant atténue tant de peines…
Indicible tristesse devant cette fatalité à laquelle semble inéluctablement soumise l’humanité…

Les marées et les années ont emporté le sang versé de tous ces jeunes,
et les ennemis qui se sont entretués hier ont fait la Paix
Mais le temps emporte les amours et les haines.
Du lointain des âges retentit le cri d’Ajax :
« On ne doit haïr son ennemi qu’avec l’idée qu’on l’aimera plus tard,
et pour l’ami, il faut l’assister, le servir qu’avec l’idée qu’il ne restera pas notre ami à jamais… »

Cruelle et implacable alternance des sentiments, des passions !
Panta rhei ! Tout passe ! comme disait Héraclite d’Ephèse, voici vingt-cinq siècles…
Pourtant, plus grands que la tristesse, plus bruyants que le tumulte des flots,
résonnent la fierté du devoir accompli et l’Honneur qui l’accompagne !
Quel plus beau sacrifice que de donner sa vie pour la Justice, la Liberté, la Paix !
Dormez en paix et soyez fiers, soldats de tous les temps,
qui avez versé votre sang pour la Liberté de tous !

Les vagues viennent mourir sur la plage. Aujourd’hui comme il y a soixante-dix ans.
Au seuil de l’Eternité, ce vétéran pense à ses camarades morts sur cette plage hier,
et à tous nos soldats dans le monde qui, aujourd’hui encore,
risquent et donnent parfois leur vie pour la Liberté.
Dans un monde où l’Honneur ne compte plus guère, ou l’individualisme est roi,
soyez fiers, soldats de France de vos sacrifices !
La France profonde, la France éternelle, la France qui se redresse toujours quand on la croit perdue,
ne vous oublie pas et sait tout ce qu’elle vous doit.